bandeau-don-tcherno23

GSM

 


Les ondes GSM, WiFi et Wimax


1 - "C'est la maladie du siècle, au même titre que l'amiante"

a déclaré, le 07/02/08, Michèle Rivasi, présidente du Centre de Recherche et d'Information Indépendantes sur les Rayonnements ElectroMagnétiques –
CRIIREM - créé en novembre 2005.
Elle est aussi la fondatrice de la Commission de Recherche et d'Information Indépendantes sur la Radioactivité –
CRIIRAD.

Michèle RIVASI a probablement raison.
L’affaire est sérieuse au vu du nombre de
procès contre des opérateurs ou des fabricants, en France et aux Etats-Unis

Aux Etats-Unis où le docteur George L. Carlo s’est fait le champion de ce combat.

Quelques films :

Je ne vous inciterai pas à étudier le niveau de nocivité des rayonnements dans votre habitation, en sacrifiant des oiseaux

Comme pour les effets des faibles doses d’irradiation, il n'y a pas beaucoup de communication sur des études sanitaires concernant les ondes GSM, Wi-Fi, et Wimax. Il n'y a que des indications sur les types de fréquence, et sur la toxicité par rapport à ce type de fréquence.

Et pourtant l'utilisation abusive par l'homme du téléphone mobile est néfaste pour la
santé, et pas seulement au volant :
Une analyse portant sur dix-huit études conclut qu'au-delà de dix ans d'utilisation d'un cellulaire, le risque de développer une tumeur cérébrale maligne - le
gliome – du côté où l'appareil est porté à l'oreille serait multiplié par deux. Cette affection touche chaque année environ 6 personnes sur 100 000. Pour les atteintes du nerf acoustique - le neurome ou névrome - le risque serait deux fois et demi plus élevé, dans ces mêmes conditions.
Publiée en ligne par la revue Occupational and Environmental Medecine (OEM), cette analyse, a été conduite par les Suédois Lennart Hardell (université d'Orebro) et Kjell Hansson (université d'Umea).

En France, la Revue d'épidémiologie et de santé publique, a déclaré : il semble exister une tendance générale à une augmentation du risque de gliome chez les plus "gros consommateurs" de téléphonie mobile : utilisateurs de longue durée, au temps de communication élevé et ayant utilisé un plus grand nombre de téléphones."

Le CRIIREM
demande :

  • la diminution de la puissance des bornes Wi-Fi et des antennes relais.
  • un moratoire sur le Wimax. Le Wimax travaille en effet à des fréquences de 3 à 6 GHz et on ne sait absolument rien des effets de ce type de rayonnement.


2 - Le rapport Bioinitiative
Report, qui regroupe environ 1.800 scientifiques qui ont publié sur des sujets en rapport avec le Wi-Fi, montraient que l'on s'attendait à cela. Selon le groupe de travail scientifique BioInitiative, les preuves actuelles, bien que limitées, sont suffisamment solides pour remettre en cause la base scientifique des limites actuelles d'exposition aux REM. Un collectif international de cancérologues, princiaplement américains et français, a émis des recommandations quant à l'usage des téléphones portables. Les tumeurs au cerveau mettant quinze à vingt ans à se développer...

Les ondes utilisées pour le Wi-Fi sont des ondes électromagnétiques de 2.450 MHz, identiques à celles du micro-ondes. Des études en 1995 ont montré leur génotoxicité. A ce type de fréquence, on a des ruptures d'ADN au niveau des chromosomes.

Les GSM sont plus dangereux pour les enfants : non seulement leurs cellules sont en croissance, donc en division, mais en plus elles ont aussi plus de molécules d'eau par rapport aux adultes.

En France, selon la Sofres, 71% des
12-14 ans possèdent déjà un téléphone portable.
En Suisse, les enfants ont leur propre téléphone portable dès l'âge de 13 ans et demi…
En Norvège, 88% des enfants de 10 ans en posséde un.

Dans son communiqué, le ministère français de la Santé, de la Jeunesse et des Sports rappelle que les études françaises et internationales établissent, certes, qu'aucune preuve scientifique ne permet de démontrer que les téléphones portables présentent un risque «notable» pour la santé, mais que certaines études récentes font état d'un risque faible d'effet sanitaire dans certaines conditions d’utilisation. D'autres études, non confirmées, évoquent un risque de cancer après une utilisation intense de plus de dix ans.

La dernière étude Interphone de l'OMS a montré qu'après 4 ans d'utilisation chez les adultes, on commençait à voir des chiffres significatifs sur l'augmentation des tumeurs du cerveau.

Des études
israéliennes ont montré que l'utilisation du portable peut déclencher des cancers des glandes salivaires, ainsi que des tumeurs bénignes et malignes dans la région de la glande parotide, située entre la mâchoire et l'oreille..

Autour des antennes relais, des études montrent une augmentation des cancers à proximité de ces installations. Plus on est proche de ces antennes relais, plus le "syndrome du micro-ondes" (irritabilité, nausées, migraines, problèmes cutanés, problèmes cardiaques, dépression…) est fréquent.

Pour les ondes Wi-Fi, nous disposons de plusieurs exemples, notamment à
Combovin, un petit village où les habitants sont tombés malades sans savoir qu'une antenne avait été installée. On ne peut donc pas dire qu'il s'agit de radiophobie. Suite à des manifestations, l'antenne Wi-Fi a été enlevée et remplacée par le câble. Depuis, les habitants se sentent très bien.
Les symptômes sont des maux de tête fréquents, des insomnies, des pertes de mémoire. Certaines personnes ont eu des problèmes de tachycardie. Tous ces symptômes se sont arrêtés le jour où l'antenne a été débranchée.

Récemment, le ministère de la Santé a invité les parents à ne pas donner de portable aux jeunes enfants. Un portable est un jouet dangereux.

3 - Les 7 précautions à prendre

pour limiter son exposition aux ondes électromagnétiques :

  1. pas de portable pour les moins de 15 ans.
  2. des échanges courts et espacés.
  3. choisir un portable dont la dose d'absorption spécifique (DAS) est la plus basse possible, de l'ordre de 0,3-0,4 W/Kg. C'est une norme fixée à 2W/Kg qui vise à limiter les effets thermiques, les effets d'échauffement dus au rayonnement. La DAS est indiquée sur la notice, c'est obligatoire. Le problème c'est que d'une part le consommateur n'est pas informé et d'autre part, les vendeurs de téléphonie mobile ne sont pas très sensibilisés à cette norme.
  4. ne pas mettre le portable près du cœur, ni près des organes génitaux, ni sur le ventre d'une femme enceinte.
  5. ne pas utiliser le portable dans la voiture. Le portable va rechercher sans cesse l'antenne relais. Or, la puissance d'émission est plus importante lorsque le portable va chercher l'antenne et que la réception est mauvaise.
  6. lors de la numérotation, la puissance d'émission est la plus forte. Il faut mieux attendre la connexion pour porter le portable à l'oreille.
  7. utiliser le kit oreillette. Il divise le rayonnement du portable par 10.


Le CRIIREM demande la diminution de la puissance des antennes relais à 0,6 V/m pour qu'il n'y ait pas de problème sanitaire au niveau des personnes qui se trouvent en face du lobe principal d'une antenne.
Il y a une forte opposition des opérateurs à cette idée, car la diminution de la puissance des antennes va entraîner leur multiplication.

En Allemagne, les bornes Wi-Fi ont été interdites dans les écoles.


4 - Ces
problèmes concernent aussi les téléphones hybrides

comme l'Unik de France Télécom et le Twin de Neuf Cégétel, ces nouveaux appareils qui combinent les fonctions de téléphones mobiles GSM et de téléphones Wi-Fi.
Ces terminaux émettent des rayonnements supérieurs aux mobiles GSM et même UMTS.
En effet, un appareil comme l'Unik ou le Twin « émet des ondes pulsées à 2 450 MHz, c'est-à-dire exactement la fréquence utilisée par un four à micro-ondes ». Ce qui peut provoquer des « sensations de chaleur ou de pulsations crâniennes, de fatigue, de migraines ou d'insomnie ».
En avril 2007, l'Autorité de régulation des communications et des postes (Arcep) a publié une étude, qui conseille de limiter le nombre de points d'accès Wi-Fi et de les positionner à une hauteur supérieure à celle de la tête pour limiter l'exposition des passants. Elle recommande aussi d'« éviter de toucher de façon prolongée une antenne » Wi-Fi, ce qui « soumet la partie du corps à une exposition inutile ». 

5 - Une nouvelle étude réalisée par l’Autorité Finnoise de Sécurité sur les Radiations et le Nucléaire, démontre que les ondes électromagnétiques émises par les téléphones portables altèrent le fonctionnement des cellules de la peau.

6 - Une équipe allemande de l’Université de Koblenz-Landau, étudie depuis 2001 les performances du minuscule cerveau de l’abeille.

Le corps de l’abeille et les dimensions de son cerveau – notamment ce qu’on appelle “les corps champignons” de l’ordre de 800 µm de longueur – sont capables d’entrer en résonance avec les ondes radiotéléphoniques. Le corps entier de l’abeille peut résonner sur 15 Ghz et ces corps cérébraux à des fréquences supérieures à 375 Ghz. On est voisin de la zone des micro-ondes utilisées par les téléphones mobiles 0,9 – 1,8 Ghz avec un fréquence de pulsation de 217 Hz qui correspond à celle des fréquences (200-300 Hz) de la fameuse danse frétillante des butineuses qui communiquent les coordonnées spatiales de leur aire de récolte.
Ces chercheurs attirent notre attention sur le phénomène physique bien connu de la résonance. Lorsqu’un corps dit résonateur est touché par une fréquence précise dite de résonance, il peut vibrer à l’unisson de cette fréquence comme la corde d’un instrument de musique à l’émission d’un son spécifique. Dès lors, une radiation de haute fréquence comme celles des micro-ondes exerce une stimulation de résonance qui se traduit par un “effet non thermique ou athermique” indécelable et dommageable, en plus de l’effet thermique exploité depuis longtemps à des fins tant industrielles que domestiques sur la molécule d’eau notamment.

7 - Le Dr Vini Khuranar, neurochirurgien a lancé une mise en garde contre les méfaits du téléphone portable, qui pourrait induire un risque plus grave pour la santé que la fumée de cigarettes.

Sur la même longueur d'onde que le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), Roselyne Bachelot  incite à la prudence... et à consommer avec modération... et un groupe de 20 scientifiques internationaux lancent un nouvel appel... que le célèbre professeur André AURENGO de l'Académie de Médecine dénigre bien sûr : "On ne peut pas fonder une politique de prévention et de précaution sanitaire uniquement sur des fantasmes"

8 - Revue de Presse et pétition internationale.  

9 - Les news de l'OMEGA.  

 

 

 

 

Espace Internautes

La peur des risques

Pour en savoir plus

Qui est en ligne

Nous avons 79 invités

2559011

© 2017 villesurterre.com -  Le site de l 'Association de la Q.V.