Poubelle FA-VL : le retour ! Interview

 

 

Interview de Michel GUERITTE



Vous habitez à côté de Soulaines (Aube) et vous militez activement contre le projet de BURE (Meuse). Pourquoi ?

Parce que enfouir des déchets radioactifs à BURE ou à SOULAINES ou à YEURS, est un crime contre l’humanité. Et si on étudie un peu le projet CIGéo à BURE on comprend vite qu’il est aussi FLOU que FOU
.

Il faut expliquer aux citoyens pourquoi il faut interdire ce projet. Et si on arrive à empêcher d'enfouir les déchets radioactifs HA et MA-VL à 500 m sous le terroir de BURE, on empêchera de facto d’enfouir les déchets FA-VL à 200 m dans le canton de Soulaines.

Mais il n'y a rien de prévu à Soulaines ?

Je ne dis pas à Soulaines, je dis dans le canton de Soulaines. Vous vous souvenez, en 2008 l'ANDRA avait ciblé les communes de Pars-les-Chavanges et d'Auxon
pour y implanter la fameuse poubelle FA-VL. J’avais d'ailleurs largement contribué à faire échouer le projet, et ça m'avait coûté trois mois de prison avec sursis !

Mais vous avez gagné en appel ?

Oui, il y a une Justice. Mais ça m'a quand même coûté très cher en amendes et frais d’avocat… C'était un procès politique. Il fallait m'empêcher de continuer à lutter contre l'enfouissement des déchets nucléaires. C'est raté. Aujourd’hui je me bats comme un « croisé » contre les projets d'enfouissement de l' Andra à BURE et à SOULAINES…

Comme un croisé ?

Oui, c’est en référence à l’actuelle exposition « Les Templiers » subventionnée pour un quart, par le mécène ANDRA. Une des nombreuses façons d’acheter les consciences.

UNE CROISADE CONTRE LE PROJET DE BURE ET DE SOULAINES

 

Je me bats donc contre BURE et contre SOULAINES. SOULAINES, parce que, comme prévu, l'ANDRA revient aujourd'hui et commence à poser quelques jalons pour faciliter l'acceptation de la poubelle FA-VL dans le canton de Soulaines.

Ce n'est pas encore décidé ?

Bien sûr que si. Différents rapports ont expliqué que la méthode utilisée en 2008 n'était pas la bonne. Il faut lire les rapports du HCTSIN et de l’OPECST .

Les analystes ont expliqué qu'il ne fallait pas agir à l'échelon de la commune, mais plus haut.
 
Au niveau de la Communauté de Communes ?

Tout à fait. Voire au niveau du département. Et la Communauté de Communes de Soulaines, qui accueille déjà deux stockages : le CSFMA de Soulaines (1992) et le CSTFA de Morvilliers (2003), ainsi que l'entreposage FA-VL de Morvilliers (2012), sans parler du centre de tri de déchets radioactifs DAHER à Epothémont (2011), est naturellement ciblé pour le stockage des déchets FA-VL.

Et, souvenez-vous : dans l’Aube en 2008, il y avait 11 communes candidates dont 5 dans la Communauté de Communes de Soulaines :  Juzanvigny, Petit-Mesnil, Epothémont, La Chaise, Morvilliers.
Par ailleurs côté géologie, plus on va vers Pars-les-Chavanges, plus la couche d'argile est intéressante. On peut donc parier aujourd’hui sur le triangle Juzanvigny-Epothémont-Morvilliers.
Il y a même déjà une fibre optique qui zigzague curieusement par là !

 

ON NE DEPECE PAS LE CANTON DE SOULAINES


Et il faut un consensus entre les 21 maires de ces communes. Et ce consensus on l'a bien conservé. L’an dernier, dans le cadre du Projet de Schéma départemental de coopération intercommunale, le « trop petit » canton de Soulaines avec ses 2700  habitants devait être dépecé et partagé entre Briennne, Chavanges, Bar-sur-Aube… Erreur évitée ! Cela aurait cassé un consensus bien organisé par le tout puissant président de la CCS, et maire de Soulaines, Philippe DALLEMAGNE. Résultat : on ne touche pas au canton de Soulaines, c'est une rare exception hexagonale.

C'est clairement écrit, page 37 , dans le Projet de Schéma départemental de coopération intercommunale de l'Aube (2012-2017), SDCI :

"L'élargissement du périmètre actuel de la communauté de communes à travers notamment sa fusion avec un des EPCI (établissement public de coopération intercommunale) voisins, n'est pas souhaitée par les élus. L'intégration de nouvelles populations pourrait en effet constituer un risque d'altération du consensus existant actuellement sur ces installations particulières d'intérêt national et sans lequel leur extension envisagée pourrait difficilement se réaliser."

C'est clair.

Oui, mais si il y a consensus, il n'y a pas unanimité ?

Détrompez-vous. On va faire comme si ! Et lors de la réunion du conseil de la Communauté de Communes de Soulaines, le 3 juillet 2012, lorsque Philippe DALLEMAGNE a fait part d'une réunion du président et des vice-présidents avec la direction de l'ANDRA, il a bien fait comprendre au maire de Crespy-le-Neuf, un peu réticent, qu'il n'avait pas le choix et qu'il devait être solidaire des décisions.

Quelles décisions ?

Les décisions de Philippe DALLEMAGNE. Il fait quand même la pluie et le beau temps dans le canton. Il a de beaux yeux, mais il a la carrure du sanglier. On raconte qu’il y a intérêt à être d’accord avec lui.

Dessin caricature sanglier

Son raisonnement est très simple. Il a expliqué ceci : "L'ANDRA nous a imposé la poubelle de Soulaines. On n'en voulait pas."

"Puis on a appris par l'Est-Eclair le projet TFA de Morvilliers , et on nous l'a imposé. Vexant pour des élus !"

"Alors, on ne nous imposera pas la nouvelle poubelle FA-VL, on l'a veut, mais c'est nous qui fixerons le prix ! "
Voilà. C'est un raisonnement de putes, non ? C'est moins poli que péripatéticienne de luxe, ( de luxe, parce que vu les sommes en jeu !) mais entre nous, appelons les choses par leur nom. La pute qui dit : "Il y a de la demande pour un enfouissement dans ma géologie, alors j'augmente le tarif."

Et en plus, il y aurait encore un petit arriéré pour les passes antérieures… Les proxénètes savent très bien compter. L'Etat aurait des dettes envers la CCS de Soulaines. On est réellement dans la prostitution. La seule différence, c’est que normalement dans le monde des putes, on ne fait pas crédit, on paye avant !

 

UNE STRATEGIE DE PUTES...


Vous êtes encore en pleine diffamation Monsieur GUERITTE ?

Non, ce n'est pas une diffamation, ce n'est qu'une image. Vous savez, nos élus et leurs administrés sont des gens très simples. Il faut leur parler simplement pour qu'ils comprennent. Ils ne sont pas idiots, ils sont plus cupides que stupides : certains disent même : « Les poubelles nucléaires, ça suffit ! » Ils réclament des projets structurants. Ils oublient que c’est impossible. C'est trop tard. On n’implante pas à côté de cinq installations nucléaires, dont deux INB (Installation nucléaire de base), des entités industrielles qui regrouperaient trop de monde, parce que si un jour il y avait un accident grave, il faudrait évacuer…

 

DES SINGES RADIOACTIFS

 

Vous cherchez à faire peur ?

C'est ce que dit la directrice de l'ANDRA. Disons que j'inquiète autant qu'elle rassure. Mais il faut expliquer les risques. Un accident grave est possible. Les catastrophes de Three Mile Island, Tchernobyl, Fukushima étaient impossibles selon les modèles mathématiques. Et la mine de sel de Asse devait rester au sec pour l’éternité !

Vous avez remarqué, autour des bâtiments d’entreposage des FA-VL, le mur de terre est de la hauteur du bâtiment pour arrêter les rayonnements gamma et donc protéger les travailleurs à l’intérieur et les promeneurs à l’extérieur.
Allez cueillir du muguet et ramasser des champignons pourrait devenir des activités dangereuses.
Radieuse la fête du muguet à la Chaise, le 1er mai.
Il y a eu aussi l’épisode des grenades à Morvilliers…

Et pour intriguer, j’aime bien parler des cadavres de singes radioactifs qui vont être conservés dans une chambre froide, à Morvilliers, en attendant d’être brûlés chez Centraco à Marcoule… quand il y aura suffisamment de singes, et que Centraco aura eu l'autorisation de démarrage.

Sérieusement : l’enfouissement des déchets FA-VL à 200 m à SOULAINES est aussi FOU que l’enfouissement des HA et MA-VL à 500 m à BURE.
Et en plus de tous les risques des sites actuels et à venir, il y a la réalité de l’existence des rejets permanents et donc d’une contamination permanente qui va en s’emplifiant, par le cumul des faibles doses. Les rejets existent, ils sont incontestables d'autant plus qu'ils sont autorisés.

La population ne vous croit pas ?


Elle est dans le déni. Elle nage dans tout cet argent qui dégouline, comme on dit autour de BURE. Vous savez que le budget de la commune de Soulaines est de 1,8 millions d'euros ? C’est énorme, mais ce n’est pas exceptionnel, la commune de DIGULLEVILLE dans la Manche est de 6 millions d'euros pour le même nombre de cobayes : 300 ! Des sommes colossales déversées uniquement pour acheter les consciences : une sorte de prostitution, de corruption, comme dans certaines « démocraties » d’Afrique ou du Moyen-Orient , où des dictateurs négocient leurs richesses avec les multinationales…

Et pour contrer la communication des « sales écolos » (c'est la pire insulte que l'on m'adresse) sur la pollution radioactive due aux sites nucléaires, Philippe DALLEMAGNE a trouvé la technique : il fait faire des campagnes de contre-mesures inutiles.

Inutiles ?

Inutiles, parce que les ingénieurs « compétents » de l’ACRO qui font les mêmes mesures que l’ANDRA, aux mêmes endroits, avec les mêmes appareils, avec la même méthodologie, trouvent évidemment les mêmes chiffres ! Vous n’imaginez pas l’ANDRA communiquer des chiffres faux. Non, quand l’ANDRA ment, elle ment avec de gros mensonges. Exemple : quand le directeur de l’ANDRA, Francis Chastagner, déclarait en juillet 1999, qu’il n’y avait pas de rejets à Soulaines.

Et en 2006, l'ANDRA demandait une autorisation de rejets !

Aujourd’hui, avec l’argent du contribuable, Philippe DALLEMAGNE vient encore de lancer une campagne de mesures à 90 000 euros !
En tant que membre de la CLI de Soulaines, je me suis opposé à cette idée. J’ai expliqué qu’il serait plus judicieux d’investir dans la poursuite de lenquête sanitaire terminée par l’InVS en 2010.
Et c’est effectivement une des conclusions de l’enquête :
« En conséquence, l’InVS recommande de poursuivre la surveillance locale des cancers. Une attention particulière devra être portée sur les cancers du poumon afin de vérifier si l’excès observé dans cette étude persiste dans le temps ou, au contraire, si la mortalité et la morbidité par cancer revient à un niveau comparable à celui de la population du reste des départements de l’Aube et de la Haute-Marne, ce qui devrait être le cas si l’excès observé actuellement est dû à une simple fluctuation aléatoire. »

Evidemment c’est moins dérangeant de compter des becquerels que des cancers…

Des cancers, il n’y en pas plus ici qu’ailleurs ?


Détrompez-vous. J’attendais un écart sur les cancers de la thyroïde et sur les cancers de l’appareil digestif, mais l’InVS a trouvé un écart sur les cancers du poumon. La Préfecture est immédiatement intervenue pour que l’étude de ce cas soit refaite. Et, en modifiant les paramètres de surface et de période de référence, le miracle s’est produit : plus d’écart statistique significatif ! Et pourtant le radon, (rejeté par les sites de l’ANDRA) associé au tabac est un facteur important dans les causes du cancer du poumon. Au cours de la réunion de la présentation des résultats, au lieu de s’en préoccuper, le psychiatre-député Nicolas DHUICQ a préféré plaisanter sur les fumeurs de cannabis…

Mais les excès de pathologies dont vous parlez n’ont rien à voir avec les sites de l’ANDRA ?

Je pense très sérieusement qu’il s’agit d’un problème de cumul de faibles doses. Il y a eu le nuage de Tchernobyl. J’ai bien étudié cette histoire : 44 mm de pluie sont tombés ici entre le 1° et le 10 mai 1986. Les relevés pluviométriques de Météo France et des agriculteurs sont identiques. On est dans une tâche de léopard… En quantité d’iode 131 et de cesium 137, on est à la moitié du plus fort de la Corse !
A cela vous pouvez ajouter les rejets de VALDUC et de Nogent-sur-Seine. Rejets quotidiens, tout comme les nuages de l’ANDRA en provenance de Soulaines et de Morvilliers.

NUAGE DE L'ANDRA

 

La direction de l’ANDRA n’aime pas cette expression, et pourtant... Et là, il s’agit d’un nuage autorisé, et quantifié !

- Cheminée 1 : Soulaines CSFMA

- Cheminée 2 : Morvilliers TFA

- Cheminée 3 : Entreposage Morvilliers FA-VL

- Cheminée 4 : DAHER à Epothémont…

Mais ces nuages n’ont aucun impact ?


On n’en sait rien. Ce n’est qu’une hypothèse. De nombreuses études commencent à expliquer que les très faibles doses continuelles sont plus dangereuses que les doses occasionnelles.

Et je me pose la question : « Veut-on vraiment connaître les effets des pollutions industrielles ? »  Les particules rejetées par les gaz d’échappement, la dioxine, les PCB, le tabac, l’amiante, les pesticides, les fongicides, les insecticides… avaient non plus aucun impact. On se ravise aujourd’hui ! Nous ne sommes pas tous égaux devant l'irradiation et la contamination.

L’IRSN fait de nombreuses études sur des souris et des rats dont l’eau de boisson est agrémentée d’un peu de radionucléides comme le cesium 137.

J'ai posé la question : Que se passerait-il si on y ajoutait un peu de Monsanto ? Ou l’inverse. Réponse de l'IRSN : il faut un budget !

Revenons à nos champenois. Que penser de ces déclarations :
- un responsable du centre d’imagerie médicale de Bar-sur-Aube : « Le cancer que je détecte le plus ici, c’est le cancer de la vessie »
- un médecin de Bar-sur-Aube: « Le cancer de la vessie, pour moi, c’est le cancer du vigneron. »
- un médecin de Bar-sur-Aube : « Ce qui m’inquiète c’est le nombre de cancers du sein de gamines de moins de 18 ans. »
Cela donne une dimension au mot « multifactoriel ».

En Corse, 15 ans après le passage du nuage de Tchernobyl, vient de débuter enfin une vraie enquête épidémiologique « italienne »…

Nous en reparlerons.

Mais ce qui est sûr, c’est que la CLI de Soulaines refuse aujourd’hui de faire ce que l’InVS a demandé.

Alors que comptez-vous faire ?


Une enquête citoyenne selon la méthode du Docteur Christopher BUSBY .

Nous en reparlerons.

Et bien sûr je mets en œuvre tout ce qu’il est possible de faire pour informer la population.
Je vous renvoie au site villesurterre.eu qui vient de changer d’hébergeur, tellement il est riche en information et volumineux en archives, … Vous y trouverez aussi tous les rendez-vous importants, dont le Pipi de BURE les 22 et 23 juin prochain…

Vous y trouverez toutes les questions que l’on pose aujourd’hui, parce que le vrai débat public à propos de BURE, c’est maintenant !

Pour lutter contre l’implantation de cette poubelle FA-VL, vous allez avoir le soutien de François BAROIN ?

Peut-être. En 2008 il s’était exprimé clairement : "L'Aube qui a déjà apporté sa part dans le nucléaire n'est plus une bonne terre d'accueil pour un nouveau site de stockage."

Dans un sujet de son journal TV Canal 32 présentait François BAROIN comme un allié !

Puisque vous abordez la politique, je voudrais aussi vous rappeler que les élus que j’avais réunis à l’Espace Argence le 19 novembre 2009 étaient unanimes pour refuser cette implantation.

François BAROIN précise que cette industrie nucléaire est incompatible avec le tourisme notamment. A quoi servent tous ces efforts pour attirer les touristes dans l’Aube ?

L’économie du Soulainois est moribonde. Ce n’est pas l’industrie nucléaire qui va la sauver. Cette industrie est exclusive. Le nucléaire attire le nucléaire et rejette de facto toutes les autres activités.

Et ce n'est pas fini : morvilliers va bientôt accueillir les déchets hors normes dimensionnelles, comme des cuves de réacteur, des générateurs vapeurs...

Et vous verrez pousser des fonderies pour recycler les métaux radioactifs. On produira du fer à béton radioactif pour le alvéoles de Soulaines et de Bure, ainsi que des feuilles de métal radioactif pour DAHER, qui réalisera les colis en métal radioactif... Avec tous les risques de retrouver ce métal radioactif dans le commerce, comme c'est le cas au Canada.

Mais après Tchernobyl et Fukushima les gens commencent à se poser des questions…

Et quand on sait que l’ANDRALAND aubois n’est qu’à 4 km des vignobles de champagne…
Le CIVC a d’ailleurs essayé de montrer les dents.

Mais lobby du champagne contre lobby nucléaire, il n’y a pas photo.

On raconte que vous allez faire une action d’éclat avec le champagne…

Evidemment : il n’y a pas que des trucs en « cides », pesticides, fongicides, insecticides… dans le vin .

Philippe DALLEMAGNE a même lancé une étude pour y chercher du tritium. Et on va en trouver, de même que dans les choux de la plaine de Brienne. Bien sûr ce sera en quantité bien en dessous des normes. On en a bien trouvé dans les lichens sur les chênes autour du site nucléaire de Valduc.


Vous finirez en prison…

Peut-être. Mais si il y a internet dans ma cellule, ce sera supportable.
Et j’aurai la conscience tranquille, j’aurai tout fait pour empêcher un crime contre l’humanité, l’enfouissement des déchets radioactifs à BURE et à SOULAINES.

 

 

 

Espace Internautes

La peur des risques

Pour en savoir plus

Qui est en ligne

Nous avons 19 invités

3517358

© 2019 villesurterre.com -  Le site de l 'Association de la Q.V.