powered_by.gif
bandeau-don-tcherno23

Mail du 120117 to CLI Soulaines

 

 





Ville-sur-Terre,
le 18 janvier 2011


Destinataire Monsieur Philippe DALLEMAGNE

et les membres de la CLI de Soulaines 




Monsieur le Vice-président

Lors de la dernière réunion de la CLI de Soulaines, vous avez déclaré, en grand démocrate que vous êtes :
Ce n’est quand même pas toi Michel qui va faire l’ordre du jour !


 Photo Philippe DALLEMAGNE


C’est effectivement un choix de votre part.
Résultat, un certain nombre de problèmes ne sont pas traités correctement lors des trop courtes réunions de la CLI.

Par ce mail, je me permets donc de récidiver et peut-être d’innover dans la façon de préparer une réunion.

D’abord, vous pourriez démocratiquement demander aux membres les thèmes qu’ils souhaiteraient voir être traités,
ensuite, si vous communiquiez le contenu des “gros dossiers” par avance pour que chacun puisse les étudier,
les réunions seraient d’une part plus riches,
et d’autre part il y aurait plus de temps pour les échanges, les débats, et l’éclairage des propositions, décisions et votes.

Je soumets donc à votre attention et à celle des membres les points suivants :


1
J’aimerais qu’on débatte sur l’opportunité, la nécessité, l’obligation de lancer cette nouvelle campagne d’analyses.
En effet, pourquoi cette campagne ?
Elle semble imposée !
Comme l’a montrée la première étude faite par l’ACRO et présentée à la CLi le 18 février 2008,
il est évident que les mesures faites par des ingénieurs compétents,
avec la même méthodologie et les mêmes appareils ne peuvent donner que les mêmes résultats.

4 années plus tard, pourquoi voudriez-vous que les nouvelles mesures de 2012 ne soient pas parfaitement identiques à celles faîtes par l’ANDRA,
dans la même période.
Cela revient à vouloir démontrer
ou bien que l’ANDRA est incompétente,
ou bien que l’ANDRA triche !
Or chacun sait que l’ANDRA ne se fera jamais prendre sur ce terrain là !

Par ailleurs vous aller confier le travail au même laboratoire : l’ACRO. Pourquoi ?

Revenons au pourquoi cette étude ?
Stratégiquement, cette nouvelle étude est une forme de manipulation de l’opinion : c’est se doter d’un document pour déclarer que :

  • la CLI est vigilante,
  • la CLI contrôle l’ANDRA,
  • les mesures demandées par la CLi sont identiques à celles faîtes par l’ANDRA,
  • les chiffres sont inférieurs aux plafonds fixés par les lois,
  • tout est parfait,
  • on peut donc faire confiance à l’ANDRA
  • on peut encore implanter de nouveaux sites nucléaires dans le canton...


Permettez-moi donc d’insister pour qu’un débat soit lancé sur l’opportunité de réaliser cette campagne de mesures.



2
Monsieur le vice-président, c’est une enquête sanitaire, voire épidémiologique qu’il est urgent de lancer,
en lieu et place de cette inutile et onéreuse campagne de mesures.
Parce que les résultats de la première enquête sanitaire étaient loin d’être rassurants,
parce que la nécessité de la poursuivre figure dans les conclusions de l’étude et que cela a été dit lors de la réunion du 20 octobre 2010.

Avant dernier tableau de ce pdf :

Il persiste donc un doute sur le cancer du poumon, ce qui constitue un motif suffisant pour poursuivre l’investigation en surveillant l’évolution spatio-temporelle des cancers jusqu’en 2009...
Si l’investigation confirmait un signal sanitaire, il faudra en rechercher la cause.

Dernière page de ce pdf :

En conséquence, l’InVS recommande de poursuivre la surveillance locale des cancers.
Une attention particulière devra être portée sur les cancers du poumon afin de vérifier si l’excès observé dans cette étude persiste dans le temps ou, au contraire, si la mortalité et la morbidité par cancer revient à un niveau comparable à celui de la population du reste des départements de l’Aube et de la Haute-Marne...

L’InVS recommande de poursuivre, Monsieur le vice-président.
Je vous demande donc de lancer une nouvelle enquête sanitaire avec un protocole différent, amélioré.

Par ailleurs, pourquoi ne s’est-on pas intéressé à ces centaines de personnes atteintes d’un cancer du poumon,
afin de connaître leurs habitudes de vie, leurs données personnelles de vécu, et leurs comportements
pour éventuellement découvrir un dénominateur commun à leurs pathologies, qu’il soit environnemental, professionnel, alimentaire, etc.

Nous sommes en pleine actualité par la diffusion d’une étude sur les leucémies autour des centrales. Certes cela n’a rien à voir.
Mais, si les rejets des sites nucléaires de notre canton sont différents de ceux des centrales,
il existe peu d’études sur les impacts des faibles doses sur les organismes.
En dehors des leucémies, cette étude et ses commentaires font également état :

  • du rôle du radon dans les cancers du poumon. Or, les centres de Soulaines et de Morvilliers TFA, et le futur centre de Morvilliers FA-VL ne rejettent-ils pas du radon ?
  • de l’ajout des agents chimiques (d’origine agricole) aux faibles doses de radioactivité. Molécules chimiques qui peuvent potentialiser l’action des radiations,
  • du fait que depuis 1928 les recommandations concernant les limites d’exposition ont été divisées par 30 ! (notamment pour le radon et la cataracte radio-induite),
  • de la recommandation de poursuivre les travaux, les recherches et les enquêtes sur les facteurs en jeu.


Permettez-moi donc d’insister, Monsieur le vice-président, pour que cette enquête sanitaire soit poursuivie
et qu’un appel d’offre soit lancé rapidement.



3
A l’occasion de l’enquête publique sur l’extension des activités du CSTFA, il a été entendu qu’il serait peut-être bon que les différentes CLI soient regroupées, fondues en une seule, qui aurait la vision de l’ensemble des problèmes.
Chacune des entités actuelles ainsi que les futures seront dotées de cheminées avec autorisation de rejets dans l’atmosphère,
et d’évacuateur d’eaux radioactives dans des cours d’eau.
Même si le cumul théorique calculé par l’ANDRA, est inférieur aux plafonds fixés par les lois,
on est en droit de s’inquiéter du cumul des faibles doses dans l’environnement proche :

  • retombées des essais des bombes atomiques en atmosphère,
  • retombées du nuage de Tchernobyl,
  • rejets CSFMA Soulaines,
  • rejets CSTFMA Morvilliers,
  • rejets centre de tri de DAHER à Epothémont,
  • rejets du futur entreposage FA-VL et MA-VL Morvilliers,
  • rejets du futur centre de stockage FA-VL dans le canton de Soulaines (grâce à l’exception territoriale qui préserve le consensus)


Permettez donc que cette idée soit débattue.
Et si des lois “stupides” empêchaient la constitution d’une telle CLI, rien n’interdit la création d’une association de représentants des différentes CLI.



4
Il serait bon que les informations concernant tous les projets nucléaires du canton circulent suffisamment tôt pour être étudiées.



5
Notamment sur l’entreposage des déchets FA-VL et MA-VL à Morvilliers.
Le 26 novembre dernier, le commissaire enquêteur a bien évidemment remis un avis favorable.

Quid de toutes les questions posées ?
Quid de toutes les inquiétudes de quelques élus, de quelques associations, du Comité interprofessionnel du vin de Champagne  ?

Le fait que des municipalités déclarent des désaccords et votent favorablement est-il acceptable par la communauté ?



6
Le projet de stockage de déchets nucléaires hors normes dimensionnelles à Morvilliers et à Soulaines.
Pourquoi aucune communication n’est faite en amont.
Les riverains vont découvrir un jour que les centre TFA  et FMA accueillent des “monstres“:
générateur de vapeur, pressuriseur, cuve de réacteur, couvercle de réacteur, emballage de transport… peut-être dans des alvéoles dédiées.
Des monstres de plus de 30 tonnes, décontaminés et déclassés du fait de leur radioactivité à vie longue.

 Photo Générateur de vapeur

Pourquoi ce silence autour de ce projet ?

Tout est possible dans ce canton.
On verra peut-être débarquer un jour les déchets tritium,
en échange de quelques millions d’euros.
Ils sont tellement” moutons” ces champenois !


7
Que penser du centre de tri DAHER à Epothémont.
Il n’a pas été imposé par l’Etat, lui.
Il a été construit par la Communauté de Communes de Soulaines.
Dans ce canton, il est effectivement plus facile de promouvoir une implantation nucléaire qu’un relais GSM !

Aujourd’hui une rumeur circule, ravivée par Mr Matrion, lors de la dernière réunion de la CLIS de Morvilliers :
DAHER ferait un entrepôt de 20 000 m2 ?
En effet si DAHER a acheté 20 000 m2, ce n’est pas pour y faire du gazon, avait déclaré Philippe DALLEMAGNE, le 3 avril 2010.

Alors s’agit-il d’entreposer des déchets ?
Ou bien de construire une usine où on fondrait les déchets métalliques radioactifs,
on les transformerait en fer à béton et en containers. (radioactifs : aucune importance, c’est pour conditionner des déchets radioactifs)

Et dans le Soulainois, on n’est pas à une cheminée “radioactive” près...

 Photo Incinérateur de Déchets


8
Autre rumeur, autre questionnement :
La vente de la ferme de Bridenne (une centaine d’hectares) à la SAFER,
à l’évidence pour le compte de l’ANDRA, sans que la mairie de CRESPY-LE-NEF ne soit au courant.

Ce qui justifierait les relations “visibles” (relations privées et tout à fait légitimes d’ailleurs ) entre le directeur des CSFMA-CSTFA
et la famille Marnat (propriétaire de la dite ferme).

- Mais Michel, c’est un achat pour constitution de réserves foncières, voire pour de futurs échanges de terres !

- Oui, mais alors, pourquoi cette autorisation préfectorale de transformation de la ligne basse tension, qui alimente la ferme, en une ligne 20 000 volts ?
L’autorisation d’exécution porte le numéro 11-247 !


9
Des projets structurants dans notre canton, en lieu et place de cette industrie mortifère, vous n’en aurez jamais, messieurs les élus.
Rien de sérieux ne peut se développer à l’ombre d’une INB et d’implantations nucléaires.

Vous criez : victoire, parce que le canton de Soulaines n’a pas été dépecé par Brienne, Chavanges et Bar-sur-Aube :
tout le fric est pour nous.

Je crie : mensonge, parce que le consensus entre des élus cupides, et qui ont une vision à court terme, est préservé :
le canton va pouvoir devenir la poubelle nucléaire de la France.

Notre terre est bien une terre sacrificielle pour le stockage de tous les déchets,
à l’exception des HA, réservés à BURE, à 60 km...


10
A l’ordre du jour, je propose aussi qu’on supprime la commission communication
vue qu’elle ne communique rien.
Et c’est grave, parce que c’est la première mission de la CLI !


Bien cordialement

Michel GUERITTE




Espace Internautes

La peur des risques

Pour en savoir plus

Qui est en ligne

Nous avons 41 invités

3756458

© 2019 villesurterre.com -  Le site de l 'Association de la Q.V.