CIRES 21 février 2015 enquête publique batiment tri-traitement des déchets radioactifs

 

 

 


21 février 2015

Fin de l'enquête publique qui se déroulait du 17 janvier au 21 février. Les 14 pages d'observations rédigées par l'Association La Qualité de Vie, et transmises au commissaire enquêteur complètent les informations données dans le mail du 12 février 2015, ci-dessous.

Le communiqué du CEDRA.


16 février 2015

Cyberaction lancée spontanément par le site Cyberacteurs, sans avoir été demandée, ni validée par l'Association La Qualité de Vie !

Résultat : près de 4 000 mails contenant la même lettre type auraient été envoyés à la mairie de Morvilliers. Mails par ailleurs irrecevables, les observations devant être remises en main propre ou communiquées par courrier ! Cette Cyberaction a été spontanément lancée par Alain GUGUEN de Cyberacteurs, sans aucun accord, ni validation de l'Association La Qualité de Vie, représentée par Michel GUERITTE. Non seulement les mails ne sont pas recevables, mais j'imagine la tête de la secrétaire de mairie d'un village de 250 habitants, noyée dans 4 000 mails ! Nous présentons nos excuses à ceux et celles qui veulent bien les recevoir...

Le bilan de cette cyberaction.


12 février 2015

Mail national :

Ville-sur-Terre
le 12 février 2015

La poubelle nucléaire de Morvilliers,

vous n’en avez rien à CIRES !

On ne doit pas dire “poubelle nucléaire”, mais Centre industriel de regroupement, d’entreposage et de stockage - CIRES

Ce centre, qui accueille des déchets nucléaires TFA (très faible activité, à vie courte mais aussi à vie longue, très longue), est situé dans le canton de Soulaines, en Champagne, oui, en Champagne. Il y a même dans ce canton deux communes - Colombé-la-Fosse et Saulcy - classées en AOC Champagne !!!

Vous pouvez vous fournir en champagne chez les producteurs de ces deux villages : Colombé-La-Fosse et Saulcy.

L'Andra (Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs) projette de construire au CIRES une extension au bâtiment de regroupement pour exploiter des installations de tri et de traitement des déchets radioactifs.

L’Andra récupère l’activité de tri-traitement-conditionnement de la SOCATRI à Bollène (Vaucluse)

A cette fin, l’Andra est obligée de déposer une nouvelle demande d’autorisation d’exploiter, qui intègre le projet de construction et d’exploitation de cette extension. D’où une enquête publique, à laquelle nous vous proposons de participer.

Une enquête publique

Pas besoin d’aller “se geler” dans les petites mairies de la Chaise et de Morvilliers, ouvertes quelques heures durant quelques jours seulement. Avec internet vous allez pouvoir, comme moi, améliorer vos connaissances en matière de déchets nucléaires, et éventuellement donner votre avis, en bon citoyen.

Pourquoi participer ?

Vous avez déjà été alerté par le Père Noël ,le 18 décembre dernier : le nouveau bâtiment va être doté d’une cheminée qui va encore rejeter des radionucléides : c’est la 5ème dans le secteur.

La 6éme cheminée viendra avec la poubelle FA-VL, qui va s’implanter prochainement à côté des deux autres.

Les rejets nucléaires autour de Soulaines, ça suffit.

Les transports de matières radioactives à travers l’hexagone, ça suffit.

Etude d’impact du CIRES

En étudiant ce dossier vous constaterez l’existence de l’étude d’impact de l’ensemble du site du CIRES. Rien de vraiment nouveau par rapport à l'étude d'impact qui avait été publiée lors de l'enquête publique pour la création des installations d'entreposage FA-VL en octobre 2011.

Les observations communiquées le 21 octobre 2011 au commissaire enquêteur n'ont pas vieilli. Vous êtes invités à les relire.

Notamment ce petit détail concernant les propriétés de l'argile :

Le problème c'est que cette propriété « imperméabilisante » de l'argile vaut aussi pour les radionucléides qui sont à la surface de nos sols argileux. Ainsi les retombées des essais des bombes atomiques, les rejets de Valduc, Nogent-sur-Seine, Soulaines, Morvillers, Epothémont, Tchernobyl et Fukushima se retrouvent tôt ou tard sur le sol, et sont retenus en surface à cause de la grande imperméabilité de nos sols argileux, très souvent recouverts d'eau. (il suffit de se promener en forêt !)

En clair les terres argileuses retiennent les radionucléides et jouent en défaveur des habitants !

Le 31 octobre 2011 les 190 conseillers municipaux du canton avaient été alertés par ce courrier.

Et aujourd’hui, à la lumière de nos connaissances de l’impact de CIGéo sur l’environnement et les risques encourus pour les riverains de BURE,
on est en droit d’avoir quelques inquiétudes sur le CIRES :

# 1 - Il s’agit de TFA (radionucléides de très faible activité, certes mais pour les plus importants,
l’Andra estime une activité jusqu’à des 10 puissance 12 Bq, soit des Tera Bq !

Voir les tableaux page 20, 21 et 22 du chapitre qui donne l’inventaire radiologique du stockage du Cires estimé grâce à une audacieuse extrapolation de l’activité stockée en fin d’exploitation au prorata des volumes consommés.

Parmi les radionucléides stockés au CIRES, le plutonium 239 : le pire de tous ! Et il y en aura 1,5 10 puissance 10, soit 15 Giga Bq.

Or selon ce document, il ne faut pas en ingérer plus de 400 Bq et ne pas en inhaler plus de 20 Bq !!!

Sans oublier les risques d'appiration de cancer du poumon après inhalation de 200 kilo Bq de plutonium 239.

# 2 - les radionucléides non disparus traverseront la géomembrane en polyéthylène haute densité (PEHD) en quelques dizaines d’années, (encore un modèle mathématique !)

# 3 - ensuite ils vont traverser l’épaisseur de la couche d’argile (on parle de 7 m) et se retrouver dans le sol, et dans la nappe phréatique, selon leur vitesse de migration, (encore un modèle mathématique !) - donc dans le muguet et les champignons que les générations futures iront cueillir.

On est exactement dans le même flou qu’à BURE...

C'est pas grand chose finalement une alvéole !

CIRES8-Profilalveole-Tome2-Piece4-Chapitre3-Page67-S

 

Le risque sanitaire

Le nuage de Tchernobyl et le nuage permanent de l’Andra, généré par les cheminées des sites nucléaires et les rejets diffus inquiètent suffisamment les riverains pour que l’InVS (Institut national de veille sanitaire) compte les cancers dans un rayon de 15 km...

Cette page devrait vous guider pour accéder à l’ensemble du dossier. Elle doit vous donner un aperçu des points importants pour forger votre avis.

Il vous restera à le communiquer, avant le 21 février, en faisant attention au délai d'acheminement de la poste à :

Monsieur Jean-Louis FALIERES
Commisseur-enquêteur
Mairie de Morvilliers
6 rue Haut Dormont
10500 MORVILLIERS

Et ne vous dites pas que c’est inutile de donner un avis dans une enquête publique,
vu que la Loi Macron va réformer l’étude d’impact et l’enquête publique.


Cordialement

Michel GUERITTE

 


 

Avis d’ouverture d’enquête publique

Publié dans les annonces administratives le 27 décembre dernier

Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs - ANDRA Communes de MORVILLIERS et LA CHAISE.

En application des dispositions du code de l’environnement, une enquête publique unique, concernant les demandes suivantes déposées par l’ANDRA :

- la demande d’autorisation d’exploiter, au titre des installations classées pour la protection de l'environnement, un centre industriel de regroupement, d’entreposage et de stockage, sur le territoire des communes de MORVILLIERS et LA CHAISE ; - la demande de permis de construire deux bâtiments sur le site du centre industriel de regroupement, d’entreposage et de stockage, situés sur le territoire de la commune de MORVILLIERS ;

se déroulera du samedi 17 janvier 2015 au samedi 21 février 2015, soit durant 36 jours, dans les mairies des communes de MORVILLIERS et LA CHAISE, où le dossier de l’enquête, comportant notamment une étude d'impact et l'avis de l'autorité environnementale, sera déposé et où il pourra être consulté pendant les heures d’ouverture au public.

Les heures d’ouverture desdites mairies sont :

- mairie de MORVILLIERS : le mardi, de 13h30 à 18h30 ; le vendredi, de 9h à 18h30 ; - mairie de LA CHAISE : le mercredi, de 9h à 10h.

Cette enquête publique est préalable aux décisions du Préfet de l’Aube statuant sur la demande d’autorisation d’exploiter et sur la demande de permis de construire déposées par l’ANDRA.

Les observations du public pourront être consignées dans les registres ouverts à cet effet pendant la durée de l'enquête publique et durant les horaires d'ouverture des mairies de MORVILLIERS et LA CHAISE.

Monsieur Jean-Louis FALIERES, technicien-sanitaire à l’Agence régionale de santé en retraite, a été désigné en qualité de commissaire-enquêteur par le tribunal administratif de CHALONS-EN-CHAMPAGNE.

Monsieur Gérard MOREAU, inspecteur du Trésor en retraite, a été désigné en qualité de commissaire-enquêteur suppléant par le tribunal administratif de CHALONS-EN-CHAMPAGNE.Monsieur Jean-Louis FALIERES recevra les personnes intéressées :

- à la mairie de MORVILLIERS, le samedi 17 janvier 2015 de 9h à 12h, vendredi 30 janvier 2015 de 14h à 17h, vendredi 13 février 2015 de 14h30 à 17h30, et samedi 21 février 2015 de 9h à 12h ; - à la mairie de LA CHAISE, le mercredi 11 février 2015 de 9h à 11h,

et leur fournira toutes les précisions utiles sur ce dossier. Leurs observations seront également consignées sur le registre d’enquête.

Les observations peuvent également lui être adressées par correspondance à la mairie de MORVILLIERS, siège de l’enquête. Elles doivent être consignées, reçues ou notifiées avant la fin de l’enquête.

A l’issue de l’enquête publique, le rapport et les conclusions du commissaire-enquêteur pouront être consultés par le public, pendant une durée minimale d’un an, dans les mairies des communes de MORVILLIERS et LA CHAISE, ainsi qu’en préfecture de l’Aube (direction départementale des territoires - bureau juridique).

Des informations peuvent être demandées :

- auprès de la personne responsable du projet, Monsieur Patrice TORRES, Directeur des Centres industriels de l’ANDRA dans l’Aube, – BP 7 – 10 200 SOULAINES-DHUYS. - auprès du Préfet de l'Aube (direction départementale des territoires - bureau juridique).

Des informations relatives à l’enquête publique sont également disponibles sur le site internet de la Préfecture de l’Aube

Bien évidemment cette adresse est erronée :

http://www.aube.gouv.fr/Publications/Amenagement-du-territoire-Environnement- Developpement-durable/ICPE/les-dossiers-installations-classes

Le bon lien est celui-ci.

 


 

En bref

L’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra) exploite, sur les territoires des communes de Morvilliers et La Chaise, le Centre industriel de regroupement, d’entreposage et de stockage (Cires), dédié au stockage des déchets radioactifs de très faible activité, au regroupement et à l’entreposage des déchets radioactifs issus de filières hors électronucléaire.

L'Andra projette d’y construire une extension au bâtiment de regroupement pour exploiter des installations de tri et de traitement des déchets radioactifs des filières hors électronucléaire.

A cette fin, l’Andra est obligée de déposer une nouvelle demande d’autorisation d’exploiter qui intègre le projet de construction et d’exploitation de cette extension. D'où une enquête publique.

 

Enquête publique

Le dossier est constitué de plusieurs pièces dont une étude d’impact qui porte :

-       sur la demande présentée au titre des installations classées

-       et sur la demande de permis de construire des deux bâtiments nécessaires au projet.

L'ensemble des pièces comportent 1068 pages !

Elles sont consultables dans les mairies de La Chaise et de Morvilliers, quelques heures durant quelques jours, mais heureusement en cherchant bien on les trouve sur le site de la Sous-préfecture de Bar-sur-Aube.

On trouve successivement :

# - L'avis de l'autorité environnementale

# - Les compléments apportés par l'Andra suite à l'avis de l'autorité environnementales

# - Les études d'impactes de 14 à 36 puis de 1 à 13

# - L'avis d'enquête publique

# - L'arrêté enquête publique ANDRA

# - Le résumé non technique (seulement 44 pages) que nous vous invitons à lire.

Le résumé de cette étude d’impact donne les informations essentielles concernant l’état initial du site, les effets des installations sur l’environnement et sur la santé, les raisons qui ont conduit l’Andra à choisir le site du CIRES pour la création d’une installation de tri/traitement, les mesures envisagées pour lutter contre les éventuelles conséquences dommageables, les conditions de remise en état du site après son exploitation et les méthodes d’évaluation utilisées.

 

Résumé non technique

Dans ce résumé on note :

Page 3 :

Cette extension sera équipée d’un système de ventilation nucléaire destiné à capter les émissions de poussières au plus près des procédés de traitement. Avant rejet dans l’atmosphère, l’air sera filtré au travers de filtres Très Haute Efficacité (THE) pour piéger les poussières.

Et les spécialistes connaissent tous les défauts de ces filtres. La limite du filtrage : 0,5 micron. Les iodes, le carbone 14 et le tritium ne sont donc pas arrêtés. L'inefficacité en présence d'humidité du au colmatage… A noter que la nouvelle activité de tri est génératrice de carbone 14. L'ASN a même constaté un dépassement à la SOCATRI en août 2008.

Page 12 :

Quand on trouve une présence de radioactivité artificielle dans les mousses, les champignons, les végétaux aquatiques, celle-ci peut être attribuée aux retombées d’anciens essais nucléaires aériens et de l’accident de Tchernobyl. C'est très pratique.

Page 16 :

En phase d’exploitation actuelle, les émissions de radionucléides dans l’air sont liées aux rejets canalisés issus des procédés de compactage et de stabilisation de déchets TFA dans le bâtiment de traitement. Elles sont également liées aux rejets gazeux issus des zones de stockage ou d’entreposage de déchets sur le Centre. L’impact de ces rejets, sur la qualité de l’air, est négligeable, quel que soit le radionucléide considéré.

En phase d’exploitation future, la mise en service des nouveaux procédés de l’extension tri/ traitement du bâtiment de regroupement conduira à augmenter les émissions de radionucléides dans l’air, rejetés essentiellement sous forme canalisée depuis la future cheminée de l’extension tri/traitement. Par ailleurs, cette nouvelle activité générera une contribution supplémentaire aux rejets émis depuis la cheminée du bâtiment de traitement actuel. L’impact des rejets radioactifs sur la qualité de l’air restera négligeable pendant cette phase.

Page 23 :

# - Impact sur la qualité de l’air : les mesures réalisées à proximité direct du Cires montrent que l’impact spécifique lié aux émissions atmosphériques de l’ensemble des établissements industriels proches est localement imperceptible. Le projet tri/traitement ne modifiera pas cette situation. Par conséquent, il n’y a pas d’effet de cumul à craindre avec les émissions d’autres installations.

# - Impact sur la qualité des eaux de surface : les mesures radiologiques et physico-chimiques réalisées dans les cours d’eau en aval du Cires ne montrent pas d’impact mesurable dans l’environnement du Centre. Le projet tri/traitement du bâtiment ne modifiera pas cette situation. Par conséquent, il n’y a pas d’effet de cumul à craindre avec les rejets éventuels d’autres installations situées en aval du Centre, compte tenu d’un flux de pollution émis par le Cires totalement négligeable.

# - Impact radiologique : trois installations disposent actuellement d’autorisations de rejets radioactifs (le Cires, le CSA et DAHER). En prenant comme base de calcul la somme des doses maximales de chacun des groupes de référence les plus exposés pour chacune des trois installations, le cumul des impacts radiologiques représente moins de 1 % de la limite réglementaire et reste donc très limité.

Page 26 :

Par ailleurs, le choix d’implanter des installations de regroupement et d’entreposage sur un territoire où réside l’Andra contribuait au développement économique des territoires d’accueil.

 


Page 5 de ce chapitre :

Certains radionucléides sont susceptibles d’être présents dans l’air extrait par le système de ventilation du bâtiment de traitement, car non retenus par les filtres T.H.E. Il s’agit d’éléments gazeux tels que le tritium, le carbone 14, et des isotopes radioactifs de l’iode (125, 129, 131)

- Compte tenu de l’extrême faiblesse de l’impact lié à ces émissions, aucune mesure particulière n’est nécessaire. L’air extrait du bâtiment de traitement fait l’objet de contrôles de qualité périodiques pour en vérifier la conformité par rapport aux valeurs réglementaires.

 


Page 15 de ce chapitre :

Tome 2 - Pièce 4 - Chapitre 11 - 6 - Page 15

Le choix de la membrane synthétique entourant les déchets s’est porté sur une membrane en Polyéthylène Haute Densité (P.E.H.D), ce matériau présentant de nombreux avantages :

excellentes propriétés d'étanchéité, très bonnes propriétés de durabilité : on estime ainsi que ce type de matériau conserve ses propriétés d’étanchéité au-delà de plusieurs dizaines d’années; les conditions de sa mise en œuvre sur le Cires en garantissent la protection vis-à-vis des eaux météoriques et aux risques de poinçonnement ou de déchirure, facilité de mise en œuvre : cette membrane est déployée par rouleaux de quelques mètres de largeur, la liaison entre les lés de membrane étant assurée par soudure, facilité de contrôle des soudures entre lés de membrane, retour d’expérience important du fait d’une large utilisation pour de nombreuses applications industrielles, en particulier pour les Centres de stockage de déchets, aptitude à supporter des contraintes d’étirement sans perte des propriétés d’étanchéité ; cet aspect revêt une importance particulière par rapport aux risques de tassement sous-jacents dans le stockage.

Malgré ces qualités, l’Andra considère qu’au-delà de quelques dizaines d’années, il n’est pas possible de garantir la pérennité de ce type de membrane synthétique.

Par conséquent, il est fait l’hypothèse pénalisante qu’au-delà de cette période, cette membrane ne jouera plus aucun rôle d’étanchéité. A cette date, les activités résiduelles des radionucléides à vie courte et moyenne auront fortement décrues, voire totalement disparu pour certains d'entre eux. La rétention des radioéléments à vie longue et des substances chimiques sera alors garantie par les propriétés du substratum géologique argileux, la limitation des infiltrations dans le stockage étant assurée par la couverture surmontant les alvéoles de stockage.

Pour cette couverture, l’Andra a décidé de réutiliser l’argile du site, initialement excavée lors des terrassements préliminaires à la construction du Centre et lors du creusement des alvéoles. Ce choix est lié aux raisons suivantes : très bonnes propriétés d’étanchéité de cette argile, confirmée par les différentes mesures réalisées localement lors des travaux de reconnaissance géologique du site, pérennité de l’argile, matériau naturel et durable par excellence, retour d’expérience existant sur ce type de couverture. En particulier, l’Andra a réalisé de très nombreuses études et essais de couverture pour ses

Centres de stockage et dispose d’une expérience très riche en la matière; à cet égard, la réalisation sur le CSA d’une planche expérimentale instrumentée, reconstituant une petite surface de couverture argileuse à l’échelle 1, a permis d’acquérir des données scientifiques confirmant l’efficacité de ce type d’ouvrage.

 


 



Espace Internautes

La peur des risques

Pour en savoir plus

Qui est en ligne

Nous avons 12 invités

3461604

© 2018 villesurterre.com -  Le site de l 'Association de la Q.V.