powered_by.gif
bandeau-don-tcherno23

Maman j'ai peur - article du 14 mai 2015

 

 

 

 

                                                                                            mise à jour : 10 juin 2015

 

 

 

MAMAN, J'AI PEUR !

 

Maman j'ai peur sur masque

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

1 – Projet pour mai 2016

Commémoration des :

- 30 ans de la catastrophe de Tchernobyl

- 5 ans de la catastrophe de Fukushima

- moins 10 ans de l'inauguration de CIGéo à BURE (Meuse)

 

2 - Un événement national

Ce n'est pas une chaîne de bisounours,

mais une action à fort impact, avec un haut niveau participatif et pédagogique.

Ce n'est pas une manifestation.

Ce n'est pas un rassemblement.

C'est une action citoyenne : vivre un PPI (Plan Particulier d'Intervention) écrit par la Préfecture.

 

3 - Vivre une catastrophe nucléaire

Vivre une fiction "réelle" ou une "réalité virtuelle" ?

Bref, non seulement vous allez vivre, voire être acteur, d'une catastrophe nucléaire comme celle de Tchernobyl ou de Fukushima, mais en plus…

 

4 - Vous allez participer à la réalisation d'un film

en tant que figurant, acteur, organisateur, technicien, scénariste… selon votre motivation, selon vos compétences, selon votre citoyenneté, selon votre générosité, selon vos obligations familiales, selon le temps que vous pouvez donc donner.

 

5 - Le sujet du film 

Raconter un PPI (Plan Particulier d'Intervention) autour d'une centrale nucléaire, un plan qui, dans la réalité, serait mis en place par le préfet pour protéger au mieux les riverains en cas d'accident nucléaire majeur. C'est du sérieux : périmètre d'évacuation, confinement, distribution de comprimés d'iode stable et autres futilités.

Chaque INB (Installation nucléaire de base) a son PPI.

Les Français ne savent rien de ce qui s'est passé à Three Mile Island (USA). Pas grand chose de ce qui s'est passé à Tchernobyl. Pour Fukushima, ils ont encore en tête quelques images, mais pour eux l'accident en France est impossible. Alors que l'Etat, l'ASN et l'IRSN n'arrêtent pas de nous inonder d'informations :

- pour nous expliquer qu'un accident est possible,

- pour nous expliquer la conduite à tenir avant, pendant et après l'accident nucléaire.

Sur son portail interministériel, le Gouvernement n'hésite pas à parler en effet de : agir avant – agir pendant – agir après :

L'Etat a même élaboré en 2014 le programme " LA REPONSE" à un accident nucléaire majeur, au plan national :

Même si le risque d’un accident nucléaire grave est extrêmement faible, le devoir de l’Etat est d’être en mesure de faire face à des situations improbables, d'où ce dispositif local appelé Plan Particulier d'Intervention, (PPI) dan un rayon de 10 km autour de l’installation

Dans les 117 pages : on apprend tout ce qu'il faut savoir, y compris la continuité de la vie économique et sociale !

- l’information de la population et la communication,

- la protection des populations contre l’exposition à la radioactivité,

- la prise en charge sanitaire des victimes et des personnes éventuellement exposées à la radioactivité,

- la continuité de la vie économique et sociale, ainsi que l’action solidaire des citoyens pour leur propre sécurité, celle de leur famille et de leurs voisins.

L'ASN a écrit : un accident nucléaire est toujours possible.

L' ASN vient de publier le compte rendu d'un séminaire sur le risque et le coût d'un accident majeur.

L'IRSN a écrit un scénario catastrophe.

L'IRSN évalue même le coût d'un accident nucléaire en France.

La CRIIRAD déclare que l'accident est possible en Europe.

Ce site flexRISK simule la diffusion de la contamination radioactive des centrales nucléaires européennes..

Greenpeace parle d'un rayon de 100 à 300 km autour des INB...

 

6 – La date :

du jeudi 5 au dimanche 8 mai 2016

Le Ministre de l'Education Nationale, Najat Vallaud-Belkacem, vient de nous offrir un super pont, du jeudi 5 au dimanche 8 mai 2016. Le fameux pont de l'Ascension !

 

7 – J - 357

Aujourd'hui, jour de l'Ascension 2015, nous sommes donc à J - 357

C'est durant ce long week-end que la catastrophe va se produire.

Et pour favoriser une participation maximum, pour réduire au minimum les déplacements, (perte de temps et frais de transports) l'idée est de couper la France en 4, et d'imaginer 4 accidents nucléaires simultanés.

Chacun pouvant choisir son INB préférée, selon sa situation géographique, selon ses critères.

Sur une carte de France coupée en quatre quarts on peut donc choisir les INB suivantes :

 

8 – 4 PPI

1 - FLAMANVILLE

2 - BURE

3 – LE TRICASTIN

4 - LE BLAYAIS

 

carte 58 réacteurs avec 4 INB PPI

 

Pourquoi ce choix.

FLAMANVILLE

S'impose pour le ¼ Nord-Ouest. (Vu la richesse nucléaire du Cotentin : La Hague et Cherbourg). Si la Normandie est proche géographiquement, elle l'est aussi nucléairement. Par ailleurs des liens très étroits entre les groupes anti-nucléaires relient ces deux régions.

BURE

Parce que c'est l'actualité. Et qu'on sera alors à 12 mois de la Demande d'Autorisation de Construire ( DAC ).

Parce que les enquêtes montrent que plus les gens sont proches de BURE, plus ils sont favorables au projet CIGéo. C'est l'effet "achat des consciences" avec tout l'argent distribué par les GIP.

Parce qu'il faut montrer aux riverains que le risque existe réellement pour un stockage.

Parce qu'il n'y a pas encore de PPI prévu.

Lors de l'audition de la CNE par l'OPECST, le 10 décembre 2013, Jean-Claude Duplessy a déclaré : "Tels sont les principaux risques du projet CIGéo. Il existe aussi le risque qu’une grosse fumée noire provienne du site de stockage Cigéo par les puits qui y auront été creusés. Un tel incident inquiéterait considérablement la population, même s’il est techniquement possible d’y faire face…." Voilà, c'est le président du Comité National d'Evaluation qui le dit. Et cela a d'ailleurs marqué Denis BAUPIN.

Notez que la réalisation d'un PPI à BURE a déjà été imaginée en 2012, c'était le Pipi de BURE.

 

LE TRICASTIN

C'est le lieu qui sonne le mieux parmi toutes les INB du ¼ Sud-Est.

Bien sûr on peut choisir une autre Centrale, il y a le choix dans cette riche région…

 

Le BLAYAIS

Au Sud-Ouest, c'est la référence… Et c'est celle que préfère Stéphane LHOMME...

Si la symbolique centrale de FESSENHEIM paraît être incontournable, notamment avec les possibilités de participations allemande, luxembourgeoise et belge, il y a place bien-sûr pour un cinquième PPI dans l'hexagone !

Voire un sixième avec NOGENT-SUR-SEINE si les parisiens tout proches avaient envie de s'amuser…

Dans le scénario, il faudrait envisager l'évacuation de Paris et le transfert du gouvernement à Vichy. (Retour d'expérience !)

 

9 – Organisation

L'organisation est bien sûre confiée à 4 équipes de professionnels, 4 boîtes de prod, comme on dit. Parce que réaliser un film, c'est un métier. Les militants, eux, apporteront toute l'aide possible pour la logistique. Réaliser un film implique des étapes incontournables :

-       écriture - scenario - story-board - script

-       repérages des lieux de tournage

-       autorisations

-       transport de personnes et de matériel

-       éclairage pour scènes de nuit (mais pas indispensable)

-       hébergement

-       repas

-       décor - accessoires - costumes (pompiers - forces de police - CRS- équipes médicales)

-       véhicules spéciaux (pompiers - forces de police - cars de CRS- ambulances)

-       accompagnement et encadrement des acteurs et des figurants

-       sécurité

-       assurance

-       etc…

 

10 – Scénario

Le scénario est établi à partir du "vrai" PPI rédigé par la préfecture. Il est adapté. Il est découpé : la suite des séquences à tourner (le découpage) est connue. Elle est en ligne sur le site internet du film. Les militants créatifs ont le droit de s'impliquer. C'est un travail collaboratif, participatif comme dit Ségolène. Vous avez une idée de scène, écrivez là, et venez assister au tournage, ou venez la tourner...

 

11 – Cinéastes amateurs et drones

Vous avez une caméra, vous avez un drone, vous avez envie de tourner ? Pas de problème, dites le. La réalisation et le tournage de certaines séquences vous seront proposés. Vous pourrez vous-même aussi assurer la réalisation d'une séquence que vous avez écrite.

Ce pourrait être l'occasion du plus grand rassemblement de drones autour d'une INB, jamais réalisé !

 

12 – Humour

Oui, c'est une comédie qu'il s'agit de réaliser, pas un drame. Il ne s'agit pas de faire du Spielberg ni du Lelouche. On est dans la parodie. On se moque. On ne se prend pas au sérieux, même si on traite d'un sujet au combien sérieux. Mais on ne perd pas de vue le côté pédagogique.

 

13 - Qui fait quoi quand et où ?

Sur un site internet dédié, on découvre tout le projet. Tout est transparent. On sait qui fait quoi quand et où. Bien sûr il y a quelques actions qui appartiennent à la rubrique "fausse improvisation", "faux happening", et qui ne seront pas explicitées. Imaginez des sites protégés par des faux CRS en tenue. Des militants contaminés à la farine sur des civières confinés dans les églises. Les troupeaux de vaches peintes en jaune. Les enfants enfermés dans les écoles qui scotchent les encadrements de fenêtres…

 

14 – Inscription

Pour participer, c'est très simple, il suffit de s'inscrire via internet. Nom – prénom – mail – 06 – je viens, accompagné de ma femme, de deux enfants de 5 et 8 ans – mes enfants sont disposés à jouer un rôle (confinés dans l'école - coller du scotch sur le tour des fenêtres) – je souhaite un hébergement – je viens avec ma tente – j'ai une combinaison de peinture et un faux masque qui va bien – ma femme adorerait jouer un rôle d'infirmière…

On n'est pas obligé de participer. On peut bien sûr venir simplement pour voir, pour encourager ou pour tourner des séquences de making of !

 

15 – Un projet clef en main

Dés la création d'un Comité de Pilotage, un appel à dons sera lancé.

Jamais un film n'aura eu un tel potentiel de figurants bénévoles !

Il reste 357 jours !

 

16 – Le DVD

Ce sera 4 films de 52 minutes.

Une grande action. Une grande pédagogie. Un grand souvenir.

 

17 – C'est parti… si vous décidez de partir avec nous…

Pour l'instant ne faites rien d'autre que de faire connaître ce projet dans vos réseaux. Les infos sont en ligne sur le site www.villesurterre.com

Bien sûr : un site spécifique sera dédié à cette opération.

Cette action est ouverte à tous les militants de l'hexagone et hors de l'hexagone. Les Anglais, Belges, Luxembourgeois, Allemands, Suisse Italiens et Espagnols riverains.. Peu importe leur appartenance ou non à des groupes militants, à des fédérations, à des ONG.

On oublie les guéguerres de la Gouvernance du Réseau SDN.

On oublie les divergences sur les sorties "IMMEDIATE", "en 3 ans et 45 jours", "en 20 ans", "as soon as possible"…

On oublie les désaccords sur les textes de la transition énergétique ou de la loi Macron…

On oublie la démocratie participative et son dialogue environnemental duquel le nucléaire est exclu...

On espère que les spécialistes du nucléaire, les scientifiques indépendants, les experts, les laboratoires (CRIIRAD, ACRO), les ASN, IRSN, HCTISN, ANCCLI… les partis politiques, surtout ceux qui se disent anti-nucléaires, viendront apporter leur contribution sur le terrain de la catastrophe. Même les entités spécifiquement pro-nucléaires sont invitées.

Notre objectif est simple : matérialiser avec intelligence et réalisme une catastrophe nucléaire dans l'hexagone. Point.

Cette action est pilotée par "une équipe de bénévoles volontaires" qui en confient la réalisation à des professionnels.

Pour l’instant vous n’avez rien à faire d’autre que de le faire savoir à tous vos réseaux.

Si vous trouvez cette idée intéressante ne me le dites surtout pas.

Si vous trouvez cette idée nulle dites le vite à :

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Nous reviendrons vers vous, vite.

Pour l’instant les infos actualisées sont donc sur cette page.

 

18 - Les cinéastes

Les cinéastes professionnels partants :

Jean-Paul JAUD

Eric GUERET

Alain De HALLEUX 

Bernard NICOLAS

Patrick AUBRY : Réalisateur de documentaires d’intervention sociale sur les enjeux de la mondialisation. Exemple :  Prise de terres.

Sébastien et Aymeric BONETTI

Dominique HENNEQUIN, en attente de confirmation.

Ainsi que des "cinéastes engagés" et des "acteurs engagés" qui ont un "green engagement" et qui seraient prêts à mener des actions en faveur de l’environnement… 


 

19 - Exemple : Le PPI de Flamanville

Tous les PPI sont construits sur le même modèle. Feuilletons rapidement celui de Flamanville.

 

Plaquette d'information - CNPE Flamanville

La plaquette précise : vous serez alertés et informés par sirènes fixes, appel téléphonique, services de secours, France Bleu Cotentin et France3 Basse-Normandie. Alors, vous devrez exécuter les ordres suivants :

- se mettre à l'abri dans un bâtiment clos

- fermer portes et fenêtres

- arrêter les ventilations et les chauffages à combustion

- écouter radio et télévision

- laisser vos enfants à l'école – ils seront à l'abri dans l'établissement scolaire et pris en charge par les enseignants

- maintenir les animaux dans des locaux fermés avec des aliments préconditionnés – les laisser au pré si ils sont loin de la ferme

- boire de l'eau du robinet – boire des boissons conditionnées – consommer des produits entreposés à l'intérieur avant l'accident

- couper le gaz, l'eau et l'électricité

- emmener vos animaux familiers

- fermer volets, fenêtres et portes à clé

- prendre de l'iode

- évacuer en prenant de préférence les autocars mis à votre disposition

 

Le PPI de la CNPE de Flamanville   (146 pages)

# - page 17, on pourra choisir un scénario d'accident parmi huit.

# - page 18 : on dira qu'il s'agit d'un accident à cinétique rapide !

# - page 19 : on a les "petit" et "grand" périmètres 2 - 5 -10 km

 

Flamanville Perimetre 2 5 10 km

# - page 23 : le document date de 2008, mais il est super renseigné : on a même le nombre exact de personnes âgées et handicapées !

# - page 25, Aux Pieux, la commune de Didier ANGER, il y a même un malade à haut risque vital. Et il ne s'agit pas de notre ami Didier ANGER, qui va très bien !

Dans ce PPI, tout y est : les établissements de santé – les moyens du secteur hospitalier – les moyens du SDIS – les moyens de décontamination – les moyens médicaux – les infrastructures de communications par fer, route, aérien – le réseau électrique – les zones naturelles d'intérêts écologiques, faunistiques et floristiques – les captages d'eau potable – les enjeux économiques…

Puis est détaillée la MISE EN OEUVRE DU PLAN PARTICULIER D'INTERVENTION :

L'alerte - les moyens d'alerte – les consignes - l'organisation du commandement - le DOS (directeur des opérations de secours) - le COS (commandant des opérations de secours) – la Chaîne de commandement – la composition des cellules du PCO et du COD – la Cellule "mesures de la radioactivité" - le Centre d’information du public – l' Environnement opérationnel – l'Organisation communale - Le rôle du maire - Le Plan Communal de Sauvegarde – le Dispositif opérationnel – la Liste des points de bouclage - les Mesures de sauvegarde des populations - la mise à l'abri totale ou partielle des populations - l'éloignement des populations - les points de rassemblement des populations - les lieux d’accueil et d’hébergement temporaire - l'administration préventive d'iode stable - le catalogue des actions opérationnelles – la Fiche de réaction du préfet – la Feuille de route du porte-parole des pouvoirs publics locaux – les lieux privilégiés d'hébergement temporaire – les établissements scolaires impliqués dans les périmètres de danger – les établissements accueillant des personnes à mobilité réduite susceptibles de requérir des moyens particuliers en terme d'évacuation dans le rayon de 0 à 10 km…

 

 

.

 

Espace Internautes

La peur des risques

Pour en savoir plus

Qui est en ligne

Nous avons 33 invités

3517248

© 2019 villesurterre.com -  Le site de l 'Association de la Q.V.