Lui - Un fils de paysan

 

 

 

 

Lui

Un fils de p….. 

Oui, un fils de paysan.

Et un frère de paysan.

Vosgien, puisque originaire d'un village à 30 km de Bure, près de Grand (la commune qui avait été candidate pour l'implantation de la poubelle des déchets FA-VL en 2008; et dont la nouvelle municipalité vient de retirer la candidature).

Donc un voisin.

Le négociateur

C'est lui que l'ANDRA a choisi pour aller "harceler" les paysans autour de BURE et les acculer à se séparer de leurs terres, le plus souvent dans des conditions inqualifiables. Avec son 4x4 noir de paysan, sa petite moustache, sa voix douce, il va à la rencontre des agriculteurs, comme Daniel JEAN et son frère en GAEC à Saudron, pour les convaincre de céder leurs terres, par simple échange avec d'autres situées ailleurs, plus loin.

Il a le culot de dire qu'il connaît bien le monde des paysans et qu'il parle le même langage.

Il revient à la charge autant de fois que nécessaire. Souvent la pression monte également au téléphone. La boule au ventre, le paysan finit par signer. L'expropriation est l'épée de Damoclès que le négociateur brandit au dessus de la tête de ses futures victimes.

A Saudron, Echenay, Cirfontaines-en-Ornois, Chassey-Beaupré, Gillaumé, Mandres-en-Barrois, Bonnet… beaucoup d'agriculteurs ont craqué, mais refusent encore d'en parler. Cela a été trop dur. Certains en ont perdu la santé. On parle d'un AVC chez un jeune agriculteur de Saudron. Il se serait fait arnaquer. Il aurait échangé 100 hectares de bonnes terres contre une ferme qui vaut beaucoup moins, sans compter les promesses faites au moment de l’échange, et qui ne sont toujours pas tenues...

Cela leur pourrit la vie. Et ce n'est pas fini : chacun suspecte l'autre. Cela met la discorde dans les familles. Cela divise le village. Entre ceux qui ont vendu, ceux qui refusent de vendre, ceux qui sont en négociation, ceux qui pensent que le voisin s'en est mieux sorti… "Chacun est jaloux de l'autre !"

Yves LAFROGNE de BURE, a échangé sa ferme du Cité contre une ferme près de Joinville. L'ANDRA y a installé le laboratoire.  On raconte que Yves LAFROGNE aurait touché le pactole : il a acheté une maison sur la Côte d'Azur. Effectivement il a bien échangé 100 hectares contre 200 ! Il a ainsi vendu son exploitation tout en conservant le droit d'exploiter certainement gratuitement jusqu'à sa retraite la surface qui n'a pas été utilisée pour les besoins de l'ANDRA.

Parallèlement, il a installé ses fils sur une exploitation près de Bar le Duc. Et c'est la Safer Champagne-Ardenne qui vendait son matériel lors de son départ en retraite……

Le reste de la surface nécessaire à l'implantation de l'Espace technologique à côté du laboratoire a été obtenu via le Conseil général de la Haute-Marne qui a acheté une parcelle de 10 hectares à Henri FRANCOIS de SAUDRON.

Daniel JEAN aurait déclaré quelque chose comme : "La terre c'est terrible, c'est chacun pour sa gueule. L'esprit paysan aujourd'hui n'est plus le même que jadis, les anciens, eux, l'auraient chassé à coup de fourche !"

Jérôme LESCAILLE de Mandres-en-Barrois ne veut trop rien dire au cas où il aurait un jour quelque chose à négocier avec l'ANDRA.

Une épouse d'un agriculteur de Mandres-en-Barrois est furieuse d’avoir travaillé toute sa vie pour agrandir sa ferme, et de voir aujourd’hui ses terres partir à l’ANDRA...

Elle ajoute : "C'est pas des méthodes. C'est une honte. C'est la pire chose que j'ai vue dans ma vie !" Le négociateur aurait même approché une personne âgée, voire handicapée, en lui proposant de refaire sa maison. En revenant 3 ou 4 jours de suite… Très vite le ton monte. Le vocabulaire s'enrichit : un tyran, un monstre, une ordure. Pendant la guerre… / STOP.

Il y a des tas de braves gens qui se taisent parce qu’ils ont peur. Ils se taisent pour l’instant parce que la détresse et l'individualisme des paysans font le bonheur des fossoyeurs qui divisent pour mieux régner. Mais cela pourrait changer. Il y a là de quoi scandaliser l’immense majorité de nos compatriotes.

Une peur qui irait jusqu'à empêcher une agricultrice de Mandres-en-Barrois de mettre à disposition un point d'eau pour ravitailler le camp VMC de Luméville-en-Ornois !  Bizarre : elle aurait peur de lui ? Que lui aurait-il donc promis ?

Avec de l'argent et de la terre, on peut mener bon nombre de paysans par le bout du nez, comme un âne avec une carotte pendue au bout d'une ficelle !

Combien d'hectares acquis par l'ANDRA et dans quelles conditions ?

L'ANDRA : un grand propriétaire terrien.

Alors que l’ANDRA a toujours soutenu que ce sont les propriétaires qui viennent spontanément offrir leurs terres ou forêts. Encore un mensonge. Un de plus dans la communication de l'ANDRA sur le projet CIGéo.

Pour qui, pour quoi, ont donc été passées des conventions entre l’ANDRA et les SAFER Lorraine et Champagne-Ardenne avec la bénédiction des services publics, semi-publics et de certains syndicats ?

L'Observatoire pérenne de l'environnement - OPE

Curieusement il travaille à l'OPE. Utilise-t-il les mêmes méthodes qu’on lui connait pour le foncier pour mettre en place les outils de suivi de l’environnement ! Certains vont même jusqu'à se demander si on peut avoir confiance, si cela va être honnêtement fait.

On se souvient des études géothermiques pilotées par l'ANDRA…

Rappelons que l’OPE a pour mission de décrire précisément l'environnement avant et après la construction du stockage et d'en suivre l'évolution, sur une surface de 900 km2. Il s'agit de mesurer l'impact de la radioactivité sur l'environnement en exploitation normale et accidentelle.

Il s'occupe de tout ce qui est terrain, terres et forêts, OPE compris car là aussi il a fallu aller négocier les points de surveillance de la flore et de la faune. Un maire voisin a eu affaire à lui, sur une histoire de bornes qui avaient été posées sans qu'une convention ne soit présentée en mairie et acceptée. Résultat : les cartes du périmètre de l’OPE présentées officiellement et au public sont peut être encore fausses aujourd’hui !

Et maintenant

Si nous réussissons à mettre en lumière les agissements de ce professionnel de la négociation pouvons-nous imaginer qu'il n'est pas trop tard pour que les paysans se rendent compte qu'ils sont capables ensemble de ne plus se laisser manipuler ?

…………….

Quelques faits et analyses de ce billet ont été extraits de l'excellent article de SOCIETY du 20 mars 2015.

 

.

 

Espace Internautes

La peur des risques

Pour en savoir plus

Qui est en ligne

Nous avons 15 invités

2910778

© 2017 villesurterre.com -  Le site de l 'Association de la Q.V.