CIGéo Papers

 

 


 

Le dossier CIGéo-Papers

 

............

 

La thèse de Lény PATINAUX,

un coup de com' remarquable !

 

Ce que nous avons appelé les CIGéo-Papers font partie en fait de la construction de l’acceptation du projet CIGéo. Au lieu d'avouer qu'elle est incapable de démontrer mathémathiquement la faisabilité de CIGéo et encore moins la maîtrise des risques, l'ANDRA l'a fait dire par un thèsard !

C'est le talent.

Et il faut voir comment les directeurs de l'ANDRA, de l'IRSN et de l'ASN utilisent le contenu de la thèse lorsqu'ils répondent aux questions de Barbara POMPILI dans le cadre des auditions de la Commission du développement durable...

...

Audition de M. Jean-Christophe Niel, directeur général de l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN) - (22 février 2018)

Mme Barbara Pompili, rapporteure. Au sujet de Cigéo, une thèse soutenue par l’historien des sciences Leny Patinaux affirme qu’il est impossible d’apporter la preuve de la sûreté à long terme d’un tel stockage. Quel est votre avis sur ce point ?

M. Jean-Christophe Niel. Nous ne connaissons pas la thèse à laquelle vous faites référence, mais nous trouvons que la démarche de l’ANDRA, consistant à accepter de faire analyser son mode de fonctionnement par un historien spécialiste des sciences humaines, est assez intéressante. De ce que j’ai pu lire à ce sujet, je retiens une interrogation sur l’accès aux bonnes données, notamment par l’IRSN.  .../...

Mme Barbara Pompili, rapporteure. Il me semble que vous répondez de manière un peu évasive aux questions précises qui vous sont posées. En l’occurrence, je vous ai demandé ce que vous pensiez de la thèse de M. Patinaux, qui affirme qu’il est aujourd’hui impossible de démontrer que l’on peut garantir sur le long terme la sûreté des installations. Une telle affirmation est-elle vraie ou fausse ?

M. Jean-Christophe Niel. Je n’ai pas lu cette thèse, qui compte 400 pages, mais je pense avoir compris que le propos de l’auteur consiste à dire qu’il est impossible de faire la démonstration mathématique que la sûreté à long terme des installations peut être garantie. En cela, il a raison, mais ce genre de raisonnement pourrait s’appliquer à toutes les sciences de la vie et de la nature : dans le domaine qui nous intéresse, une juxtaposition d’éléments va nous conduire à considérer que la sûreté du site sera maîtrisée raisonnablement – étant précisé qu’on ne pourra jamais exclure les cas extrêmes, comme c’est le cas dans tous les domaines. .../...

En tout état de cause, notre démarche ne consiste pas à apporter une démonstration mathématique, mais à rassembler des éléments de nature à conforter la conviction que la sûreté est maîtrisée.

Par ailleurs, je crois que la thèse en question renvoie à des débats sur les cas extrêmes, car la démarche de sûreté ne se contente pas d’examiner le niveau moyen, mais envisage aussi les cas extrêmes, pris en compte pour le dimensionnement des installations – ce qui ne signifie pas que ces cas extrêmes vont se produire.

...

Audition M. Pierre-Franck Chevet, président de l’autorité de sûreté nucléaire (ASN) (22 février 2018)

Mme Barbara Pompili, rapporteure. Une thèse soutenue en décembre par Leny Patinaux démontre l’impossibilité d’apporter la preuve de la sûreté à long terme d’un stockage tel qu’il est envisagé pour le Centre industriel de stockage géologique (CIGEO). Avez-vous une opinion sur ce point ?

M. Pierre-Franck Chevet. Sur le stockage, y compris les sites existants, l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA) est un bon exploitant. Il y a toujours des débats sur l’historique du Centre de stockage de la Manche (CSM), mais pour les autres sites en fonctionnement, notamment Morvilliers, nous n’avons pas de problèmes avec l’ANDRA. .../...

Mme Barbara Pompili, rapporteure. Je reviens sur ma question concernant la thèse, à laquelle vous n’avez pas répondu.

M. Pierre-Franck Chevet. Ma secrétaire m’a fait une copie de la thèse de M. Patinaux ; j’ai les quatre cents pages sur mon bureau, dont je n’ai encore lu que les morceaux choisis. Cette thèse rejoint ce que j’ai dit précédemment à propos de l’objet CIGEO. Il est question de quelques centaines de milliers d’années, donc la démonstration de sûreté renvoie à des problèmes que nous n’avons pas l’habitude de manier. .../...

La thèse tourne autour de cette idée, et je trouve positif que l’ANDRA se soit soumise au regard d’un chercheur en épistémologie, et ait laissé son personnel s’exprimer dans une thèse qui a vocation à être rendue publique. Il est bien qu’un exploitant s’interroge, et rende public le fruit de ses réflexions. C’est aller dans le sens de la sûreté que d’exposer publiquement les questions qu’ils se posent sur la manière de construire un raisonnement, d’être compris – par l’autorité de sûreté, mais aussi par les gens –, s’agissant d’une installation dont la durée de vie est de cent mille ans. Et comment expliquer que l’on est convaincu que c’est sûr, ou qu’on ne l’est pas ?

Mme Barbara Pompili, rapporteure. La thèse porte plutôt à croire qu’on ne peut pas être convaincu que c’est sûr.

M. Pierre-Franck Chevet. Je dis simplement que j’apprécie les gens qui se posent des questions, et j’espère que nous en faisons partie.

...

Audition de M. Pierre-Marie Abadie, directeur de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA) (8 mars 2018)

Mme Bérangère Abba. Une thèse récente pose la question de savoir si les modélisations du projet Cigéo, qui s’apparentent davantage à un agencement cohérent de savoirs et à un faisceau d’arguments nous permettent réellement de prévoir l’évolution de la situation pour les dizaines ou les centaines de milliers d’années à venir, ce qui nous place bien au-delà des cent cinquante ans que vous évoquiez tout à l’heure ; et l’on peut craindre, comme vous l’avez dit fort justement, que la mémoire du projet Cigéo ne s’efface au fil du temps. Qu’en pensez-vous ?

M. Pierre-Marie Abadie. Mme Abba a fait allusion à la thèse d’histoire des sciences de Leny Patinaux, financée par l’ANDRA, qui traite de la question de la démonstration de sûreté depuis les années quatre-vingt jusqu’en 2013, en cherchant à répondre à la question des limites épistémologiques de la démonstration scientifique, compte tenu de l’horizon temporel dans lequel nous nous projetons. Comment en effet atteindre un niveau de démonstration scientifique capable d’asseoir des décisions publiques sur des horizons de temps qui donnent le vertige ? Quelle crédibilité apporter à une modélisation sur un million d’années ?

Cette thèse montre comment l’ANDRA et l’ensemble des acteurs scientifiques et des autorités de contrôle sont passés d’une démarche, au début des années quatre-vingt, où la question de la sûreté des déchets nucléaires était abordée à travers une approche et des démonstrations scientifiques pures et dures, qui ont vite buté sur les limites méthodologiques que je viens d’évoquer, à une démarche fondée, pour reprendre les termes de Leny Patinaux, sur une « démonstration robuste et convaincante ». Comment, en d’autres termes, on est passé d’une méthodologie reposant sur des modèles de calculs à une méthodologie axée sur les faisceaux d’arguments, la compréhension phénoménologique, la comparaison et l’analogie, la mise à l’épreuve, le débat contradictoire, l’évaluation extérieure, sans oublier une part de bon sens. C’est à partir de ce faisceau d’arguments qu’on fondera la démonstration en robustesse. Il ne s’agit pas de convaincre en faisant de la rhétorique en en hypnotisant les gens ; c’est à partir de ce faisceau d’arguments et en monopolisant toutes les ressources que je viens de citer, que les experts se forgeront leur intime conviction leur permettant d’aboutir à une conclusion solide.

Cette analyse épistémologique de Leny Patinaux vient rejoindre un ensemble de travaux que nous avions conduits et qui avaient mené à la tenue, en 2016, d’un colloque international organisé par l’ANDRA, le CNRS et l’INRIA, autour de la démonstration scientifique, de l’administration de la preuve et de la décision publique dans un contexte d’incertitude.

Ce que j’ai retenu de ce colloque, c’est en premier lieu que nous ne sommes pas les seuls à être confrontés à cette difficulté, liée pour ce qui nous concerne à la question du temps long. Des problématiques identiques se retrouvent dans le domaine de la sécurité sanitaire ou de la sécurité alimentaire, voire en matière de dissuasion nucléaire, où l’on atteint l’extrémité de la physique sans pouvoir se confronter in fine à l’expérience, puisque les essais nucléaires sont désormais interdits. Et nous ne le pouvons pas davantage, puisque cela dépasse notre horizon de temps.

Mon second constat a été que non seulement nous n’étions pas les seuls confrontés à ce type de problématique, mais que nous n’étions pas non plus les plus à plaindre dans la mesure où on nous avait laissé vingt-cinq ans : dans le domaine de la sécurité sanitaire ou alimentaire, on vous laisse plutôt vingt-cinq semaines, rarement vingt-cinq mois…

Enfin, la troisième leçon à retenir, c’est que, pour sortir de l’impasse, il est indispensable de hiérarchiser les incertitudes, d’éprouver les différentes approches, de croiser les modèles, à l’instar de ce que fait le GIEC sur le climat lorsqu’il confronte différents modèles.

Leny Patinaux montre ainsi dans sa thèse comment s’est progressivement développée, autour de la question de l’enfouissement des déchets nucléaires, une culture de la mise à l’épreuve permanente, appuyée sur la hiérarchisation des incertitudes, et dans laquelle chaque décision de retenir ou d’abandonner une hypothèse est publiquement motivée – ce qui devrait faire taire ceux qui imaginent un agenda caché.

Un très bon exemple de ce processus est fourni par la fameuse question des déchets bitumés. À notre sens, le bitume devait se comporter correctement, ce qui nous avait conduits, durant l’instruction du dossier d’options de sûreté (DOS), à exclure le scénario d’une reprise de réactions exothermiques et d’emballement. C’était le sens des conclusions que nous avions rendues et soumises à l’ASN et à l’IRSN, mais ceux-ci ont estimé, au vu des éléments fournis, qu’au stade où nous en étions, nous ne pouvions exclure le scénario de l’emballement. Nous avons donc revu nos conclusions opérationnelles.

Une des vertus de la thèse de Leny Patinaux, notamment parce qu’elle a été médiatisée, est d’avoir permis de clarifier des enjeux auxquels se confrontent de longue date les instances d’évaluation et de contrôle sur la question des déchets, et de faire comprendre comment nous tentons d’aborder les incertitudes de manière raisonnable et raisonnée, dans le but de nourrir la décision publique. .../...

Nous avons donc fait une analyse, dans la droite ligne de la thèse de Leny Patinaux, expliqué ce que nous retenions ou pas, et nous l’avons soumise à l’IRSN puis à l’ASN. Nous voulions que ce sujet soit débattu. L’IRSN a considéré que nous avions fait beaucoup de progrès sur la connaissance des bitumes, de leur comportement, et obtenu un certain nombre de résultats ; mais il nous a demandé si nous pouvions exclure définitivement le risque de reprise d’une relation exothermique dans les colis et d’un emballement. Or ces bitumes ont été produits durant une époque assez longue avec une variabilité importante, et ils peuvent évoluer dans le temps. La réponse est donc probablement techniquement et scientifiquement difficile à apporter.

...

Et tout ça avec la bénédiction de Pierre-Franck CHEVET qui trouve positif que l’ANDRA se soit soumise au regard d’un chercheur en épistémologie !

Le Tome 1 et le Tome 2 de la COMMISSION D’ENQUÊTE sur la sûreté et la sécurité des installationsnucléaires - Président : M. Paul CHRISTOPHE - Rapporteure : Mme Barbara POMPILI.

 ...................

 

31 mai 2018

Lény PATINAUX est auditionné durant 2 heures et 8 minutes. Barbara POMPILI, Bérangère ABBA et les autres parlementaires auraient pu être plus pertinents dans leur questionnement.

La vidéo complète. Se positionner à 1:48:15

La retranscription.

Notre première analyse :

Nous nous sommes trompés dans notre première analyse du contenu de la thèse : Il ne s'agit pas d’un « cri » d'un salarié, voire de plusieurs qui refusent de construire CIGéo par ETHIQUE, mais, à l’écoute attentive de l’audition de Lény PATINAUX, et des autres auditions, nous sommes convaincus que : le stage de 3 années d’un thèsard + le contenu de la thèse + son exploitation, font partie, tout comme les DIALOGUES, les DEBATS, les COLLOQUES, les SEMINAIRES, les REUNIONS, les DEBATS PUBLICS, les CONCERTATIONS, de la nouvelle façon de commnuniquer, de la « nouvelle manière de gouverner » (expression employée par Lény PATINAUX lui même).

Avec Argile 2005 et Argile 2009, l’ANDRA a explicité les risques, mais s’est bien gardée de les mettre au grand jour.

Quand ils sont révélés (Bertrand THUILLIER et Michel GUERITTE y sont pour quelque chose), Fabrice BOISSIER nous explique alors que l’ANDRA les maîtrise.

Puis, la démonstration de la sûreté par les modèles mathématiques étant impossible, l’ANDRA bascule dans « le faisceau d’arguments », dans les approches »… Dans l’art de la sociologie, du sociétal…

Parce que l’ANDRA ne peut parler de « certitudes », alors elle va reconnaître « les incertitudes » et convaincre qu’elle sait les gérer.

Il n’y a plus de risques, mais des « risques acceptables ».

Le couple « sûreté / coût » est le seul critère.

On est dans l’ALARA !

Bref ce que nous avons appelé les CIGéo-Papers font partie de la construction de l’acceptation du projet CIGéo.

Questions :

Dominique PESTRE, le directeur de thèse, a-t-il été rémunéré ?

Pour Soraya BOUDIA, on sait presque ! Voir ses relations avec l'ANDRA.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment Lény PATINAUX a-t-il été recruté par Dominique PESTRE ? - Un mec qui n’a pas une seule photo de lui sur internet ! - Et qui refuse le gros plan durant la captation de son audition ? Heureusement qu'un parlementaire avait son smartphone...

Bref, il va falloir expliquer tout ça !

 

..........................

 

22 mai 2018

NewsLetter-37 - Lény PATINAUX sera auditionné le 31 mai à 10 h 30 par la Commission parlementaire sûreté et sécurité des installations nucléaires - (Président : Paul CHRISTOPHE et Rapporteur : Barbara POMPILI) - La question de l'inéluctabilité du projet CIGéo est troublante. Le mot est répété une cinquantaine de fois dans la thèse. Lény PATINAUX devra expliquer et confirmer le rôle incroyable de la CNE...  

 

..........................

 

20 avril 2018

News-Letter-36 - L'ANDRA et la CNE ont accepté de nous communiquer les documents demandés. Par lettre recommandée ANDRA et CNE nous ont confirmé que les documents cités dans la thèse nous seront bien remis. L'ANDRA demande simplement un délai d'un mois supplémentaire.

Nous avons reçu les deux premiers colis de documents - ("Colis", amusant !) -  Une pièce attire notre attention. En effet, on aurait pu imaginer que cette phrase : "le rôle de la Commission nationale d'évaluation (CNE), n'est pas d'évaluer la qualité des travaux de l'ANDRA, mais de faire en sorte que la réalisation de CIGéo soit inéluctable." soit l'expression de l'analyse de Lény PATINAUX, mais pas du tout. La CNE a bien écrit noir sur blanc : "Le stockage géologique est incontournable." On trouve en effet cette expression sur ce document du 5 juillet 1995 que l'ANDRA nous a transmis.

Par ailleurs, nous avons la confirmation de Barbara POMPILI et de Bérangère ABBA, que Lény PATINAUX sera effectivement auditionné par la Commission parlementaire.

............................

15 mars 2018

 

Si l'ANDRA avait refusé de nous communiquer les documents cités dans la thèse de Lény Patinaux, Maître Corinne LEPAGE aurait agit en conséquece.

Elle a en effet déclaré le 26 février : "Si des associations me demandent de les aider, dans le respect de la légalité et sur un plan procédural, je les aiderai. Là-dessus je n'ai aucun état d'âme. Je suis  en parfaite cohérence avec ce que je défends depuis 20 ans. J'ai toujours été contre ce projet"

Visionner la vidéo.

 

....................

 

8 mars 2018

Nouvelle pièce au dossier : la réponse de 7 mn de Pierre-Marie ABADIE (directeur de l’ANDRA) à la député Bérangère ABBA, lors de l’Audition à l’Assemblée nationale par la Commission du développement durable (Président : Paul CHRISTOPHE et Rapporteur : Barbara POMPILI), le 8 mars, qui le questionnait sur la thèse de Lény PATINAUX : positionnez-vous à 02:51:18 – Un grand moment… Les arguments sont ni robustes, ni convaincants.

 

........................

 

6 mars 2018

La lettre recommandée reçue par la CNE : Elle demande, sous un mois, la communication de tous les documents cités dans la thèse. La CNE répondra qu'elle a missionné l'ANDRA pour transmettre les documents.

 

..............................

 

28 février 2018

La thèse qui fait du bruit  - La SFEN, la plus grande organisation pro-nucléaire de l'hexagone, questionne Frédéric PLas, directeur de la recheche et de du développement de l'Andra.

Nous avons fait l'Analyse de cet article, et de l'argumentation embarassée de Frédéric Plas, qui est d'ailleurs cité dans la thèse. Il était ingénieur. Nous lui demandons d'aider Pierre-Marie ABADIE, son directeur, à fournir les pièces demandées afin de nous donner le contexte de ces verbatim soi-disant sortis de leur contexte.

 ..............................

 

19 février 2018

La lettre recommandée reçue par l'ANDRA  : Elle demande, sous un mois, la communication de tous les documents cités dans la thèse. L'ANDRA réclamera un délai supplémentaire d'un mois.

 

 ..............................

 

14 février 2018

1 - Communiqué qui relate le tremblement de terre du 12 février dans les Deux-Sèvres. Là où l'ANDRA avait imaginé implanter un stockage dans le granite ! - Enfin, au vu des faibles retombées médiatiques, se pose la question : Qu'est-ce-qu'un bon journaliste  ?

Nous versons au Dossier une excellent enquête d'un lanceur d'alerte :

2 - Les aventures immobilières de l'ANDRA - Le domaine de BAUDRAY : le rendez-vous de chasse pour VIP... Effectivement, dans la Meuse, la Haute-Larne et l'Aube, (les trois départements poubelles nucléaires) l'ANDRA utilise très largement ce moyen de séduction.

3 - Un incendie dans les archives - Oui, Lény PATINAUX raconte, page 453, qu'il y a eu un incendie dans les archives de l'ANDRA. Bizarre, non ? Pour des spécialistes de la mémoire à long terme... et du papier permanent... De qui se moque t-on ? Merci d'empêcher les rats de fumer en cachette, nous voulons pouvoir lire les documents demandés.

 

 ..............................

 

12 février 2018

1 - La NewsLetter-32  - Cette Newsletter est la réponse à l'ANDRA qui dément et qui minimise. Nous publions alors

2 - La thèse de Lény PATINAUX  -  Puis nous expliquons

3 - Qui sont les jurés ?  -  Et nous communiquons

4 - Le compte-rendu de la soutenance de thèse  -  Dans cette même NewsLetter nous dévoilons

5 -  Le Dossier du ROLE AMBIGU de la CNE - Nous précisons sa mission : faire en sorte que la réalisation de CIGéo soit inéluctable. Nous expliquons

6 -  Qui sont les magouilleurs de la CNE - Sont-ils incompétents ou payés pour rendre inéluctable la constrution de CIGéo - Vous verrez leur formation, leur cursus, leur expérience dans l'industrie nucléaire ? Nous nous interrogeons même sur la "démission" d'un de ses membres : Ghislain de MARSILY ! Nous listons les membres de la CNE. Nous publions cette synthèse : Les 37 points-faits-preuves qui montrent la vraie mission de la CNE.

Nous abordons le problème du "double discours" des salariés de l'ANDRA, comme Sylvie VOINIS, citée 19 fois dans la thèse. C'est simple : à l'intérieur, les salariés disent que CIgéo est irréalisable; à l'extérieur ils démontrent sa faisabilité !

En marge, vous apprécierez une liste de

7   Questions à la CNE  - C'est la compilation des questions que soulève l'analyse des derniers rapports de la CNE - Compilation remise au député Christophe BOUILLON, rapporteur de la Loi LONGUET, le 28 juin 2016, lors de l'audition de Jacques LERAY et de Michel GUERITTE.

 

............................

 

5 février 2018

Le dossier CIGéo-Papers est né avec un communiqué qui commençait par ces 4 phrases :

Nous venons d'apprendre d'une source sûre, que des salariés de différentes équipes de l'ANDRA remettent en cause la faisabilité de CIGéo.

# - Ils déclarent que les modèles mathématiques qu'on leur demande de produire ne peuvent pas démontrer que CIGéo n'aura pas d'impact sur l'homme et l'environnement sur une durée de 100 000 ans, voire 1 million d’années.

# - Ils avouent que la démonstration de sûreté n'est pas une démonstration mathématique, mais un agencement cohérent de savoirs, un «faisceau d'arguments» donnant une représentation rassurante de l'évolution du stockage.

Et là, si on compare avec la communication publique, on constate un "double discours". En effet, ces mêmes spécialistes qui s’expriment dans les documents, journaux, articles, conférences... martèlent le contraire !

# - Par ailleurs à la lecture de ces documents on comprend que le rôle de la Commission nationale d'évaluation (CNE), n'est pas d'évaluer la qualité des travaux de l'ANDRA, mais de faire en sorte que la réalisation de CIGéo soit inéluctable.

Le document que nous nous sommes procuré est authentique. On pourrait même le qualifier de "certifié", puisqu'il s'agit d'une thèse publique, qui a été soutenue devant 5 jurés, dans les règles de l'art.

1 - Le communiqué du 5 février 2018 - il révèle ces CIGéoPapers. Volontairement, il ne donnait pas la source. Pourquoi ? Simplement pour voir comment l'ANDRA allait réagir... Il contenait ce Dossier en 38 points :

2 - Le Dossier des 38 POINTS clés

L'affaire étant ébruitée le 7 février 2018 par un article dans Le Monde, titré : "Centre d’enfouissement de Bure : l’impossible preuve scientifique de la sûrete", nous avons lancé la News-Letter-32.

Signalons l'Emission de France Culture du 11 février 2018 :

3 - Dimanche, et après - dans laquelle, comme par hasard, Lény PATINAUX raconte la même histoire ! - Information relayée sur le site de Sciences Po.

 

.............................................................

 

CIGéo-Papers dans la presse 

 

a - Mediapart - 5 février - CIGeo-Papers... Vers un tribunal de l'Environnement.

b - Anti-K (Communiqué - 5 février)

c - SAVOIE ANTINUCLEAIRE - 5 février -

d - Journalidp - 5 février

e - L'Est-Republicain - 6 février - Bure : un opposant monte au créneau.

f - Le Républicain Lorrain & Vosges matin - 6 février - Bure : un opposant monte au créneau. Lien internet.

Michel Guéritte, opposant au projet Cigéo, à Bure, affirme qu’au sein même de l’Andra, des salariés doutent du bien-fondé du projet. L’Andra dément. (Superbe réaction de l'ANDRA : nous allons pouvoir titrer : L'ANDRA dément / L'ANDRA ment ! 

g - CADE - 6 février

h - Le Monde - 7 février - Centre d'enfouissement de BURE : l'impossible preuve scientifique de la sûreté - 1001 INFOS

i - Libération7 février - Une thèse sur l'impossibilité d'apporter une preuve de la sûreté du projet CIGéo à BURE

j - LA GAZETTE NUCLEAIRE - 7 février - L'impossible preuve scientifique de la sûreté

k - Journal de la Haute-Marne : Cigéo : une thèse qui fait parler : des opposants ont rendu publics des propos exprimés en interne par des salariés de l'ANDRA

l - Résistance verte

m - SeenThis  -  BURESTOP - 7 février - L'impossible preuve scientifique de la sûreté. - Pectine Actualités

n - Boris-victor.blogspot - 8 février

o - ATTAC-54- 11 février - Cigéo-Papers, c'est du lourd

p - France Culture - 11 février - L'impossible preuve scientifique de la sûreté.

q - Anti-K (Communiqué 12 février)

r - Anti-K (Communiqué du 14 février)

s - CEDRA52 20 février)

t - quieryavenir.fr - 21 février

u - infolibertaire.net - 22 février

v - BFMTV - 22 février - Interview de Corinne LEPAGE -  le service des archives refuse ne nous communiquer le poadcast

w - RTL - 22 février - Interview de Corinne LEPAGE -  le service des archives refuse ne nous communiquer le poadcast

x - L'Est-Eclair - 23 février - Michel GUERITTE : "Je veux rencontrer LECORNU"

y - Journal de la Haute-Marne : Lecornu ne veut pas rencontrer Michel GUERITTE qui lui aurait parlé de CIGéo-Papers.

aa - FreeHuman.fr

ab - Aura Environnement ( 24 février)

ac - Aura-environnement - 24 février

ad - Anti-K (Communiqué du 27 février)

ae -L'Observatoire du NUcléaire - 28 février - Les CIGéo-Papers prouvent l'neptie du projet. Stéphane LHOMME fait remarquer que parmi les membres du jury, figure un membre de la direction de la recherche et du développement de l’Andra, ce qui, comme le reconnaît Le Monde, "confère à son travail une forme de reconnaissance officielle".

af -Alternatives Economiques :  Page 82 du n°377 de mars 2018 - Article qui donne un lien vers le CAK (Centre Alexandre Koyré)

ag - Anti-K (Communiqué du 7 mars 2018

ah - NOSDEPUTES.fr - 8 mars 2018 - La commission d'enquête sur la sûreté et la sécurité des installations nucléaires a procédé à l'audition de M. Pierre-Marie Abadie, directeur de l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (ANDRA) et de Patrice TORRES, directeur des Centres de stockage de l'Aube. La thèse a suscité des questions.

ai - 12 mars 2018 - Linkedin - André LE TEXIER : Cigéo-papers : retour sur la méthodologie de l'ANDRA.

aj - Le Powerpoint de Bertrand THUILLIER :  Conférence du 24 mars 2018 à Bar-le-Duc

ak - 9 mai 2018 - Lény PATINAUX répond parfaitement à de mauvaises questions dans un article de grozeille.co - C'est la première fois que Lény PATINAUX s'exprime dans un média.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Espace Internautes

La peur des risques

Pour en savoir plus

Qui est en ligne

Nous avons 31 invités

3800950

© 2019 villesurterre.com -  Le site de l 'Association de la Q.V.