bandeau-don-tcherno23

543 bombes atomiques

 

C’est exactement 543 bombes atomiques qui ont explosé à travers le monde de 1940 à 1993, aux USA, en Chine, en Russie, au Royaume-Uni et en France.
Ces explosions sont à l'origine de rejets de matières radioactives dans l'environnement, et ont causé à ce jour la plus importante dose collective d'irradiation non contrôlée.

Une animation "visuelle" en donne la dimension .

Cette contamination radioactive dure encore, bien qu'atténuée par le temps.  Dans ce document officiel de l’IRSN, vous serez surpris d’apprendre : 

  • que cette connaissance est indispensable si l’on souhaite interpréter les activités mesurées aujourd’hui, et juger de l’impact d’événements comme l’accident de Tchernobyl ou d’Algésiras  ou encore des rejets autorisés des installations nucléaires.
      
  • que les dépôts mensuels de Césium déduits de ces mesures sont toujours restés en deçà de 200 Bq/m2, (d'autres parlent de 1000 Bq/m2) même lors des retombées les plus intenses de 1962 et de 1963), ce qui est peu, comparé aux dépôts consécutifs à l’accident de Tchernobyl (quelques milliers à plusieurs milliers de Bq/m2 en moins d’une semaine). 
      
  • que dans le lait, les activités les plus élevées sont celles du 137 Cs et de 90 Sr. Ceci s’explique par le fait que, pour une même activité incorporée par une vache, le zirconium, le cérium et le ruthénium sont de cent à mille fois moins transférés au lait que le césium et le strontium.
    En région parisienne, l’activité volumique du lait de vache en 137 Cs oscillait entre 1 et 10 Bq/l dans les années 1960, entre 0,1 et 1 Bq/l dans les années 1970 et au début des années 1980.
      
  • qu’en mai 1986, suite à l’accident de Tchernobyl, cette activité est brutalement remontée à 5 Bq/l en région parisienne et à plus de 100 Bq/l dans l’est de la France avant de diminuer fortement dans les semaines suivantes. 
    Les Américains ont effectué leurs essais dans des atolls des Iles Marshall dans le Pacifique et les déserts du Nouveau-Mexique et du Nevada. Le tir le plus polluant - le tir Bravo - s'est produit en 1954 à Bikini.
    Les sites soviétiques se trouvent dans des zones désertiques du Kazakhstan et de la Nouvelle Zemble au nord du Cercle Polaire

Pour tout savoir sur les essais nucléaires français en atmosphère

Le 16 février 2010, le Parisien Aujourd’hui en France a publié un rapport classé secret défense selon lequel l’armée française a utilisé des soldats-cobayes lors d’essais nucléaires en Algérie. L’information relance la polémique sur la loi d’indemnisation des victimes dont les décrets d’application pourraient exclure un grand nombre de victimes.

 
Merci à Monsieur Robert Galley, et tous les autres…
d’avoir contribué à l’empoisonnement de la planète.
 

C’est curieux : il faut des dizaines d’années avant d’abandonner un process dangereux pour l’homme et l’environnement  : essais nucléaires atmosphériques, amiante, tuyauterie en plomb, essence avec plomb…

Quid des pesticides, des OGM, du nucléaire civil, des ondes électromagnétiques puissantes…

 

 

 

Espace Internautes

La peur des risques

Pour en savoir plus

Qui est en ligne

Nous avons 34 invités

2910778

© 2017 villesurterre.com -  Le site de l 'Association de la Q.V.