Youri Bandazhevsky

LE COURRIER  de Genève

PROPOS RECUEILLIS PAR JÉRÔME RIVOLLET
www.lecourrier.ch



MERCREDI 14 MARS 2007

Youri Bandazhevsky, un exilé en quête de vérité sur la catastrophe de Tchernobyl

ENTRETIEN • Le chercheur biélorusse réaffirme la nécessité de créer un laboratoire indépendant «pour la vérité sur Tchernobyl» et dénonce les forces qui s’opposent à ce projet.

Le 21 avril 2006, le professeur Youri Bandazhevsky quittait la Biélorussie pour s’exiler sur le sol français. L’ancien recteur de l’académie de Gomel devait ainsi pouvoir poursuivre sous des cieux plus cléments ses travaux sur les conséquences de Tchernobyl. Condamné pour avoir prétendument reçu des pots de vin, il avait payé au prix fort sa contestation de la gestion biélorusse de la catastrophe, et ses conclusions sur les dangers persistants pour les populations vivant dans les régions contaminées.
Remis en liberté en août 2005, après six années d’emprisonnement, le professeur Bandazhevsky était devenu salarié de la Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité (CRIIRAD). Avec cette organisation française, il travaillait à la mise en place d’un laboratoire indépendant de recherches biomédicales, avant d’être invité à rejoindre, pour une année, l’université de médecine de Clermont-Ferrand (ville jumelée avec Gomel, et dont il fut nommé citoyen d’honneur). Mise devant le fait accompli, la CRIIRAD n’avait pas manqué de s’interroger sur les conditions de ce départ précipité.

A son arrivée en France, Youri Bandazhevsky affirmait alors être venu «dans des conditions tout à fait normales», et restait évasif sur la possibilité de regagner la Biélorussie pour y diriger un laboratoire indépendant (1 ).
Face aux enjeux diplomatiques dont il était l’objet, et alors que ses deux filles étaient restées au pays, le chercheur se drapait dans une réserve somme toute légitime.
Neuf mois ont passé, et Youri Bandazhevsky ne s’embarrasse plus. Collaborant à nouveau étroitement avec la CRIIRAD, il réaffirme son attachement au projet d’un laboratoire indépendant. Dans l’entretien qu’il a accordé au Courrier, le chercheur met également en cause l’attitude des autorités françaises depuis qu’il a réaffirmé ses positions.

Il estime ne pas avoir les moyens nécessaires pour poursuivre ses recherches et prévient «ne plus vouloir être un pion qu’on déplace». Enfin, il fustige la position des lobbies qui présentent le nucléaire comme l’alternative idéale face au déclin des énergies fossiles.

Les conditions de votre arrivée en France ont engendré un certain nombre d’interrogations. Cette installation à Clermont-Ferrand semble avoir pris tout le monde de court, à commencer par la CRIIRAD qui vous employait.

Youri Bandazhevsky:
Il m’est difficile de parler de la perception de mon arrivée en France, qui reste assez complexe. Il y a deux façons de voir les choses : d’un côté, vous avez une personne, en Biélorussie, qui sort de prison, à qui l’on propose de venir travailler pendant un an dans un pays civilisé. On ne peut pas nier cet aspect, qui est intéressant et positif. De l’autre, il y a une interrogation : pourquoi m’a-t-on proposé ce poste? Cette question, je me la suis posée. Au départ, les réponses étaient entourées d’un certain brouillard, mais les choses se précisent.

Officiellement, j’ai été bien reçu en France, avec tout le respect dû à un citoyen d’honneur de la Ville de Clermont-Ferrand.
Je n’ai pas perdu mon temps depuis que je suis ici. J’ai notamment pu m’atteler à la rédaction d’un ouvrage sur l’influence de l’incorporation du Césium 137 sur la santé. Depuis mon arrivée, j’ai également affirmé que je continuerai mon travail pour aboutir à la création d’un laboratoire indépendant à Minsk avec le soutien de la CRIIRAD. Et alors qu’il était clair que je ne changerais pas ma position sur ce projet, l’hospitalité française s’est progressivement dégradée. Je serais déçu, si je devais découvrir que celle-ci faisait partie d’un jeu politique. Malheureusement, j’observe certains signes qui me le laissent penser.


Quels sont ces signes ?


Il n’est pas encore temps d’en parler (2 ).

 
Les autorités françaises et clermontoises indiquaient que vous auriez les moyens de poursuivre vos recherches. Est-ce le cas?

A l’université de Clermont-Ferrand, je travaille au département de santé publique avec le Pr Laurent Gerbaud, qui me soutient. Mais le fait est qu’il n’y a pas, ici, de laboratoire dans lequel je puisse travailler. Officiellement, je n’ai d’ailleurs toujours pas rencontré le président de l’université. Cette bourse n’a tout simplement pas été accompagnée des conditions de travail qui pourraient me permettre d’entamer de nouveaux travaux.


Votre mission au sein de l’université de médecine de Clermont-Ferrand est prévue pour s’achever en juin. Sera-t-elle prolongée?

Je ne sais pas. Nous avons travaillé pour monter plusieurs projets sur la région Rhône-Alpes, mais il n’y a pour l’instant pas de résultats tangibles. Je ne sais pas ce qui va se passer. Si à la fin de mon contrat, rien ne m’est proposé, je serai obligé de retourner dans mon pays.

Est-ce votre souhait?

Il est difficile de parler de mes souhaits. Ce que je veux c’est oeuvrer pour la concrétisation de ce laboratoire indépendant. L’idéal serait de travailler chez moi, là où les conséquences de Tchernobyl sont encore présentes.
Ce qui est sûr c’est que je ne veux plus être un pion qu’on déplace. Vous savez, quelques jours avant mon départ pour la France, je ne savais pas que je viendrais ici. De la même manière, il m’est donc difficile de savoir ce qui va se passer dans les mois à venir. Mais où que je sois, la seule certitude est que je veux poursuivre mon travail.
 
En décembre dernier, les autorités biélorusses ont refusé de donner les autorisations nécessaires à l’installation de ce laboratoire indépendant. Pensez-vous que ce projet pourra voir le jour ?

Ce laboratoire doit être ouvert. Nous devons chercher et trouver les moyens de le mettre en place.
Il y a beaucoup de gens qui nous soutiennent pour cela. Malheureusement, des forces dressent des obstacles sur notre chemin, et pas seulement en Biélorussie mais aussi ici, en France. J’ai le sentiment que la France a du mal à me supporter. Disons que depuis mon arrivée, j’ai connu le jour et la nuit. Mais je ne permettrai pas que l’on joue avec moi à ce jeu-là. Je poursuis le même objectif depuis seize ans, et celui-ci n’a pas changé: mon but est de protéger les victimes de Tchernobyl à travers l’obtention de données scientifiques et en informant l’opinion publique.
 
Justement, l’an dernier ont été commémorés les vingt ans de la catastrophe de Tchernobyl. Que vous a inspiré cette triste date?

On peut constater que, vingt ans après, très peu de choses ont été faites pour aider les victimes de Tchernobyl. La communauté internationale ne veut pas faire face à la réalité de ce problème.
C’est cela le triste bilan de ces vingt dernières années. Avec le réchauffement climatique et la hausse du prix des énergies fossiles, le nucléaire semble faire un retour en force dans les choix des politiques énergétiques de nombreux pays.
Je ne comprends pas comment on peut parler du nucléaire comme d’une énergie propre.
Ce n’est pas vrai, et les représentants du lobby nucléaire le savent bien. C’est sans doute parce que je ne cesse de le répéter que ceux-ci me détestent, Je le redis : les taux de rejets des centrales, même à doses infimes, sont nocifs. Et cela, le lobby nucléaire ne veut pas l’admettre.

Aujourd’hui, avez-vous le sentiment d’être libre ?

De quelle liberté parle-t-on? J’ai été emprisonné en Biélorussie et on m’a amené en France. De quelle liberté peut-on parler? (Il marque un temps). Le projet de ce laboratoire indépendant, c’est le sens de ma vie. Je n’imagine pas qu’il ne puisse se faire. C’est ma lutte pour la vérité sur Tchernobyl, pour les victimes qui vivent là-bas et qui meurent. Et je mets l’accent là-dessus à chaque intervention. Il faut réveiller la communauté internationale. Le danger est énorme. Je n’essaie pas de faire peur. C’est la réalité que j’ai vue. Je ne veux pas que le monde devienne une zone contaminée.


(1) Le Courrier du 27 avril 2006.
(2). Le 25 février 2006, lors d’une conférence à Lyon avec le professeur Bandazhevsky, Romain Chazel, vice-président de la CRIIRAD, a dénoncé plusieurs décisions des autorités françaises «intervenues étrangement» à l’issue de rencontres entre son organisation et le médecin biélorusse: «Coïncidence? La mairie de Clermont-Ferrand a notamment réclamé qu’il règle la facture du téléphone portable et le loyer de l’appartement qui, jusque-là, avaient été mis gracieusement à sa disposition.»

Les mille et une difficultés de créer un laboratoire indépendant

Créer un laboratoire indépendant, à Minsk pour poursuivre les recherches sur les effets pathologiques des produits radioactifs. Pour la CRIIRAD, plus que jamais, il s’agit là d’une priorité. Alors qu’elle a déjà réuni 80% des fonds et une bonne partie du matériel nécessaires, la conviction de l’association française est sans doute proportionnelle aux difficultés rencontrées sur ce projet depuis plusieurs mois.
Faisant de Youri Bandazhevsky et de son épouse Galina Bandazhevskaya la pierre angulaire de cette structure, la CRIIRAD avait déjà été plongée dans l’embarras par l’arrivée inopinée en France du chercheur biélorusse. «Nous n’avions pas de doutes sur son intégrité. Nous nous interrogions sur la manière dont on avait pu le convaincre de quitter son pays, et de rompre les liens avec nous alors qu’il était salarié de notre association, observe le président de la CRIIRAD, Roland Desbordes. Il est vrai que son absence au sein du projet aurait remis beaucoup de choses en cause.»

Si, depuis, la CRIIRAD et Youri Bandazhevsky ont renoué les liens, au point que ce dernier fasse à nouveau de ce laboratoire sa priorité, le projet rencontre encore des difficultés administratives. En décembre dernier, la Biélorussie refusait d’accorder le statut d’ONG à l’association chargée de diriger le laboratoire. «Faute d’avoir ce statut, on s’oriente vers la création d’une société privée, précise Roland Desbordes. Mais cela introduit plus de risques pour ceux qui travailleront sur place.Youri et Galina, le savent bien,mais ils ne veulent pas faire autre chose, et sont prêts à courir des risques insensés.» Quant à l’hypothèse de voir le professeur Bandazhevsky emprisonné ou menacé s’il retourne dans son pays, Roland Desbordes se veut paradoxalement plus réservé. «Des choses ont changé. Les autorités prennent conscience que la situation ne leur est plus forcément favorable. Le rapport publié par l’AIEA sur le bilan de Tchernobyl laisse entendre qu’il n’y a plus aucun risque pour les populations des régions contaminées. Par conséquent, si on suit ce raisonnement, il n’y aurait plus forcément lieu de verser des aides à la Biélorussie. Minsk a donc intérêt à contrecarrer ce rapport. Pour cela, il lui faut opposer les expertises d’autres scientifiques. Youri est l’un d’eux. Disons que ponctuellement et stratégiquement, les intérêts de Youri peuvent rejoindre ceux du gouvernement biélorusse.»

 

JRT

 

Suite :

Echanges avec Romain Chazel, Vice président de la CRIIRAD

Le titre de séjour en France du Pr Youri Bandazhevsky arrive à expiration le 4 mai 2007 et son contrat de travail avec l'université de Clermont Ferrand se termine à la fin du mois de juin. Dans ce contexte, le Pr Bandazhevsky avait envisagé de retourner dans son pays afin d'être au côté des siens. Il m'avait demandé de l'accompagner. Jusqu'au début du mois d'avril, nous préparions ce voyage.

Depuis lundi 9 avril, la situation se complique sérieusement pour sa famille, restée au Belarus. Voici son message :

Romain !
A mon plus profond regret, mon voyage en Biélorussie, même pour quelques mois, ne peut pas être réalisé. La raison à cela est la mauvaise volonté des plus hautes autorités de me voir de retour chez moi. J'ai compris parfaitement tous les avertissements, qui m'ont été adressés au moment où j'allais quitter la France. Maintenant j'éprouve une inquiétude immense en ce qui concerne la sécurité de ma femme et de mes enfants. Je ne peux pas risquer leurs vies, leur liberté et leur prospérité. C'est pourquoi je resterai en France. '
Iury

Le 12 avril 2007, il s’est rendu à la préfecture d'Auvergne en compagnie d'un adhérent de la CRIIRAD. Le fonctionnaire qui les a reçu leur a assuré que le titre de séjour serait prolongé pour un an automatiquement.

Youri Bandazhevsky souhaite maintenant s’installer en Rhône Alpes. Mme Hélène Blanchard, vice présidente du conseil régional en charge de la prévention des risques, travaille actuellement sur ce projet afin de lui permettre d'intégrer un laboratoire dans notre région. Le professeur Bandazhevsky l'a rencontrée à plusieurs reprises. Il a pu également s'entretenir avec les vice-présidents en charge de la recherche et de la santé.

Ce projet avance de façon très positive et son succès est désormais quasi assuré.

Ce n’est plus qu’une question de mois.

Nous vous tiendrons informés de l'évolution de la situation du professeur Bandazhevsky, ainsi que de celle de sa famille, et du devenir de notre projet commun de recherche sur les conséquences de la catastrophe de Tchernobyl.

 

Espace Internautes

La peur des risques

Pour en savoir plus

Qui est en ligne

Nous avons 47 invités

3894472

© 2019 villesurterre.com -  Le site de l 'Association de la Q.V.