Les ceps du vignoble sont-ils radioactifs ?

 
La présence d'un Centre de Stockage de déchets Radioactifs à proximité des vignobles de champagne, soulève un certain nombre de questions.

Il y a d'abord le risque de pollution par l'air et par l'eau !

Il y a ensuite le risque de pollution de l'image du produit "champagne" !

  


 

1 - Greenpeace

Greenpeace n'a pas hésité à traiter le sujet dans un film.

vidéo greenpeace les ceps

Voir le film



 
2 - Dans Abc NEWS du 5 juin 2000 un article de Bede Moore.

Si vous êtes fâché avec l’anglais, nous vous proposons cette traduction automatique, donc humoristique !

Merci à Stéphane d’avoir pris le temps de faire cette autre traduction plus professionnelle !

Bientôt un champagne radioactif ?

Des militants anti-nucléaire annoncent que le Roi des Vins serait menacé par les sites de stockage de déchets radioactifs, de la région champenoise .

par Bede Moore
Reims, le 5 juin 2007 

Avez-vous déjà imaginé que les bulles de votre champagne puissent être radioactives?
Qu'une fois la bouteille sabrée, vous ressentiez un arrière-goût de déchets nucléaires ? 

Les chercheurs indépendants de l'ACRO, en collaboration avec GREENPEACE ( association de défense de l'environnement ), ont annoncé que cela pourrait bien être le cas, si les centres de stockage de déchets nucléaires implantés dans la région champenoise ne sont pas correctement gérés. 

Ici à Reims, dans les rues bordées par les plus grands crus, les touristes affluent, chargés de sacs aux logos bien connus : Veuve Clicquot, Krug, Ruinart. Le risque potentiel dénoncé par Greenpeace leur paraît bien lointain. 

Georgia Carter, une touriste australienne n'a jamais entendu parler de ce problème, et n'a pas semblée plus inquiète, une fois informée. "Je suis venu visiter la région, et déguster le champagne. Tant que l'on ne m'annonce pas de risque élevé, je ne vais pas m'en soucier !" dit-elle. 

Pour le moment, Georgia Carter peut dormir tranquille, même Greenpeace concède qu'il n'y a pas encore de danger immédiat sur la qualité du Champagne.  Mais Greenpeace insiste cependant que ces avertissements sont réels et doivent être pris au sérieux. 

"C'est un gros problème, et un problème en devenir ! " annonce Riana Teuler du bureau néerlandais de Greenpeace. 

"Les fuites d'effluents dans la région champenoise sont récentes. Les autorités doivent s'assurer qu'il n'y a pas de fuite. Les déchets devraient être stockés en surface, et contrôlés régulièrement. Or ils sont enfouis et ne sont pas réellement mesurés. Là est le problème ! " ajoute-elle. 

Le site de stockage de Soulaines entrepose des déchets nucléaires à vie courte.  Le site étant loin d'être saturé, il continuera à recevoir des déchets encore pendant 60 ans. 

Frédéric Marillier, militant anti-nucléaire de Greenpeace France rapporte qu'un élément radioactif, le tritium, est déjà présent dans les eaux souterraines environnantes, et est également rejeté dans l'atmosphère. 

"Le fait que le tritium soit déjà présent dans les eaux souterraines prouve que le site n'est pas sûr" dit Marillier. "Nous pensons que la situation empirera dans les années  à avenir à l'instar de ce qui s'est passé sur d'autre sites en France ". 

En plus de ce site défectueux, à l'origine de dégâts préjudiciables dans la région de Soulaines, un autre site d'enfouissement est prévu à Bure. Ce nouveau site de stockage accueillera les déchets les plus radioactifs de la France.  

Vous pouvez ajouter des commentaires à ceux ci :

  • Un rémois qui crie au scandale, qui n’ose pas y croire, car il n’a jamais rien entendu de la sorte.
  • et des américains consternés de voir que abc NEWS reprenne à son compte un communiqué de presse de Greenpeace…


Philippe DALLEMAGNE, maire de Soulaines, président de la communauté de communes, et vice-président de la CLI Soulaines a lancé une recherche de radionucléides dans un chêne de 18 ans d’âge voisin du CSA.
Voir article Est-Eclair .

3 - La Q.V. est-elle en droit de se poser la même question pour des ceps de vigne ?

Dans un cas on inquiète l’industrie forestière,

Dans l’autre, l’industrie viticole !

La Q.V. qui réclame une enquête épidémiologique pour confirmer la recrudescence de pathologies de la thyroïde (notamment les cancers de la thyroïde au nord-ouest de la Haute-Marne) est étonnée de constater que rien n’est annoncé, que rien n’est fait au niveau des autorités !

On s’intéresse aux chênes, pas aux humains !

Curieux, le principe de précaution s’applique bien dans la région de Bordeaux, avec deux exemples :

  • les radionucléides dans les chênes pour la fabrication de tonneaux à vin
  • les algues toxiques dans les huîtres… !

D’où ce sondage :
Pour vous quelle est la priorité ?

Enquêter sur :

  • les humains (cancers de la thyroïde)
  • les chênes
  • les ceps de vigne
  • le Brie de Meaux (Montier-en-Der)

Merci de voter !

Vous avez aussi la possibilité de nous communiquer vos réactions.

 

 


 

4 - Le site de Rutland Herald, dans le Vermont (USA)

Dans son article, du 24/01/2008, Robert LINCOLN fait état des 4 000 Tera Bq de tritium attendus dans le CSA. Il cite les fuites dans les nappes phréatiques qui alimentent les fermes voisines, la contamination de la campagne et de la prodution laitière. Il explique que l'ANDRA gère également le CSM qui aurait des rejets 90 fois supérieurs aux normes européennes de sécurité.

 

 

Espace Internautes

La peur des risques

Pour en savoir plus

Qui est en ligne

Nous avons 22 invités

3520357

© 2019 villesurterre.com -  Le site de l 'Association de la Q.V.