bandeau-don-tcherno23

Les rejets radioactifs "autorisés" du CSA


1 - Les rejets radioactifs

Ce que la population apprendra, un peu tard, c’est que dans l’atelier de conditionnement, une presse écrase les fûts entrants, et que pendant un certain temps, la seule barrière entre l'agrégat radioactif et l'extérieur, est l'enceinte du bâtiment lui-même. L'atelier est confiné. L'air est aspiré et refoulé à l'extérieur. Les filtres HQE de la cheminée ne peuvent pas tout filtrer, d'où des rejets inévitables. Inévitables, sauf modification du process industriel…

C’est l’affaire des rejets.

En 1994 le Cedra 52 s’inquiète des rejets de tritium.

En 1997 on apprend que L’ANDRA va demander une demande d’autorisation.

Ce n’est qu’en 2002 que l’Andra communique dans ses plaquettes, l'existence d'une demande d’autorisation de rejets.

Greenpeace, en mai 2006 dénonce une présence anormale de tritium dans la nappe phréatique.

Le CEDRA 52 et la CRIIRAD, en novembre 2006 réussissent à sensibiliser population et élus à un risque de pollution radioactive, suite à un rapport de la CRIIRAD, financé par le Conseil Régional de Champagne-Ardenne.

Presse écrite et télévision régionale font faire éclater au grand jour la problématique :

  • a - le mensonge : depuis 14 ans l’exploitant rejette des radionucléides dans l’environnement, alors que l’Est-Eclair avait titré jadis : «pas de rejets à Soulaines».
    Qui savait que la cheminée de 17 m crachait des Giga Bq de produits radioactifs ?
  • b - l’insuffisance de l’inventaire des substances radioactives stockées
  • c - l’insuffisance des contrôles des rejets
  • d - la sous estimation des doses subies par les riverains
      • e - le niveau de rayonnement à la clôture

        Cette séquence a été tournée le 7 novembre 2006.
        Elle illustre, non seulement une situation réelle, incontestable : l’existence et la quantité d’un rayonnement gamma, mais elle démontre aussi  d’une façon flagrante, la quantité de rayonnement gamma que le corps humain reçoit à cet endroit.
        Promeneurs, cueilleurs de champignons, randonneurs, campeurs, sangliers, cerfs, chevreuils, éviter ce secteur ! 

        Le Président de la Q.V. n’avait pas jugé bon mettre en ligne ce document.Pour lui, ce n’étatt pas le problème. Il souhaitait se concentrer essentiellement sur l’impact des rejets radioactifs gazeux.




      •  csa-panoramique


 

 2 – les autorisations de rejets

Devant cette accusation l’ANDRA avouera qu’effectivement elle rejette des radionucléides dans l’atmosphère et dans les Noues d’Amance, mais

  • - qu’elle y est autorisée,
  • - que les  quantités rejetées sont largement inférieures aux limites autorisées,
  • - qu’il n’y a donc aucun danger pour les riverains.

Ce que croit d'ailleurs, dur comme fer, monsieur le maire de Thil !

L’article 2.2 du Décret du 04/09/1989 certifie que l’installation est conçue, réalisée et exploitée pour ne pas rejeter d’effluents radioactifs. Mais les articles 7.2 et 7.3  définissent le risque de dissémination de matières radioactives et le respect des limites fixées par le SCPRI.

C’est intéressant : dans le même décret : il vous est interdit de boire de l’alcool, mais vous avez le droit d’avoir jusqu’à 0,5 g d’alcool dans le sang !

C’est nous, riverains qui n’avons rien compris : pendant 14 années l’ANDRA a rejeté des effluents radioactifs, mais dans une quantité si faible, que ce ne sont pas des rejets !

Depuis le 21/08/06 l’ANDRA est officiellement autorisée, par décret , à rejeter par la cheminée et par le bassin d’orage des matières radioactives. Les quantités sont clairement définies, certaines ont évolué.

Exemple : la limite de la radioactivité en tritium des eaux du bassin d’orage, qui était de 400 Bq/l, est désormais de 5 Giga Bq/an !  Selon l’ANDRA c’est 40 fois moins que les limites de 1991.

Les tableaux de 2005 montrent que la quantité de tritium mesurée dans le bassin d’orage est à la limite du mesurable, pour simplifier, disons inférieure à 1 Bq/l. Donc 400 fois moins que la limite ! Alors, pourquoi une telle marge ? Comment imaginer que l’on a autorisé l’ANDRA à rejeter dans les Noues d’Amance de l’eau contenant 400 Bq/l de tritium alors que le seuil d’alerte défini par la Directive Européenne 98/83/CE est de 100 Bq/l ?

Les questions légitimes et insistantes posées par les élus lors de la réunion CLI du 21/12/06 ont toujours eu la même réponse : tous les rejets sont autorisés, et sont loin des limites définies par l’Arrêté. Exemples :

Les rejets liquides alpha, bêta, tritium et carbone 14 représentent chacun moins de 1% de la quantité annuelle autorisée.

C’est moins de 2%, pour chacun des rejets gazeux alpha, bêta, iodes.
Moins de 7%, pour le carbone 14.
Et moins de 15%, pour le tritium.

Alors pourquoi perdre son temps à mettre en doute les mesures communiquées ?

La CLI a lançé une campagne de contre-mesures avec  l'ACRO. (L'étude est sur le site de l'ACRO - cliquez ensuite sur  Rapport sur l'analyse des niveaux de radioactivité dans les environs du centre de stockage FMA-VC de l'Aube (2007) Ce laboratoire indépendant a trouvé les mêmes valeurs. Et heureusement : des mesures faites par des professionnels, aux mêmes endroits, avec les mêmes process et les mêmes appareils, ne peuvent conduire qu'aux mêmes résultats.

Mais ces valeurs seront toujours largement en-dessous du seuil autorisé.

Et puis, si pour une raison industrielle l’exploitant devait rejeter d’avantage de tritium par exemple, il ferait modifier son autorisation, comme cela a été le cas à Valduc : en 2005, Valduc a été autorisé à rejeter 20 % de tritium de plus qu'en 2004 (voir rapport du CEA intitulé "Bilan Maîtrise des Risques 2005" - CEA : Pôle maîtrise des risques, CEA Fontenay aux Roses, BP 6, 92265 Fontenay aux Roses cedex. Tel : 01 46 54 92 89.)

Un citoyen normalement constitué pourrait imaginer que ces limites de rejets de radionucléides dans l’eau de nos rivières, et dans l’air qu’on respire, sont draconiennes, et les mêmes pour tous les sites nucléaires. Eh bien non !

A suivre

 

Espace Internautes

La peur des risques

Pour en savoir plus

Qui est en ligne

Nous avons 22 invités

2951794

© 2017 villesurterre.com -  Le site de l 'Association de la Q.V.